Americana

Dédiée aux bibliophiles et autres chasseurs de vieux documents liés à des personnalités hors du commun, la vacation Fine Printed Books & Manuscripts organisée par Christie’s comportait bon nombre de lots qualifiés d’ americana . C’est-à-dire des pièces intimement liées à l’histoire des États-Unis, sa géographie, ses traditions ou encore son héritage culturel. Ainsi, une photographie de Marilyn Monroe en bikini prise en 1947, l’année de ses premières apparitions au grand écran, fut adjugée 10.000 dollars, soit son estimation basse. Ou bien encore un exemplaire de la première édition new-yorkaise (1851) du célèbre Moby-Dick d’Herman Melville, l’un des pères fondateurs de la littérature américaine au XIXe siècle. Ayant appartenu au grand collectionneur Alfred Edward Newton, ce monument a été vendu 15.000 dollars, soit également l’équivalent de son estimation basse.

Lot 204
: Cette photographie de Marilyn Monroe datant du tout début de sa carrière d’actrice a été adjugée 10.000 dollars. © Christie’s.
Lot 204 : Cette photographie de Marilyn Monroe datant du tout début de sa carrière d’actrice a été adjugée 10.000 dollars. © Christie’s.

Mr. President

Parmi tous ces lots estampillés americana , l’on en retrouvait quelques-uns portant la signature de certains des hommes d’État ayant véritablement fait l’histoire des États-Unis, à l’image d’une courte lettre (10.000 - 15.000 dollars) écrite en mai 1780 par Thomas Jefferson, dans l’espoir de finaliser l’échange de deux prisonniers américains contre des officiers anglais. À l’époque de sa rédaction, il avait été élu depuis moins d’un an au poste de gouverneur de Virginie, son État d’origine. Pour ce document somme toute assez peu intéressant mais rédigé de la main même du futur troisième président des États-Unis, l’on offrit 9.375 dollars, tandis qu’une lettre autographe d’Abraham Lincoln a été adjugée 68.750 dollars, soit plus du double de son estimation basse. Écrite à l’attention de son secrétaire à la Guerre, Edwin Stanton, celle-ci datait du 31 mars 1865, soit quelques jours seulement avant la chute de la ville de Petersburg en Virginie, au terme d’un harassant siège de neuf mois pour les forces de l’Union. Quinze jours plus tard, en pleine représentation théâtrale à Washington, Lincoln sera lâchement assassiné d’une balle dans la nuque tirée par John Wilkes Booth, un acteur dont les sympathies allaient visiblement plutôt au camp adverse...

Lot 94 : Rédigée par Thomas Jefferson en 1780, cette lettre a été vendue 9.375 dollars. © Christie’s.
Lot 94 : Rédigée par Thomas Jefferson en 1780, cette lettre a été vendue 9.375 dollars. © Christie’s.

Audubon

Sans trop de surprise, la plus belle adjudication de toute la vente est allée à une première édition du monumental ouvrage que le célèbre naturaliste et peintre américain d’origine française Jean-Jacques Audubon consacra à la fin de sa vie aux Quadrupèdes vivipares d’Amérique du Nord (1845-46-48). D’une valeur estimée entre 200.000 et 300.000 dollars, celle-ci a finalement été emportée contre 348.500 dollars. C’est un pasteur passionné par l’étude des mammifères, John Bachman, qui encouragea fortement Audubon à mener à bien ce projet ambitieux. Victor et John Woodhouse, les deux fils de l’artiste, l’aidèrent quant à eux pour les dessins. Le 27 janvier 1851, Audubon disparaissait à l’âge de 65 ans, laissant derrière lui l’image d’un aventurier ayant écrit (pour paraphraser Lamartine) quelques-unes des plus belles pages de la « grande épopée animale de la création »...

Birds of Americana

À la fois savant, explorateur et précurseur de l’écologie, ce dernier reste aujourd’hui principalement connu du grand public pour le fabuleux ouvrage sur tous les oiseaux du continent nord-américain, intitulé Birds of America , qu’il publia en quatre volumes entre 1827 et 1838. Dans l’autre vente du 14 juin 2018 à New York, Christie’s en a d’ailleurs justement adjugé un exemplaire pour 9,65 millions de dollars, alors que sa valeur avait été estimée jusqu’à 12 millions de dollars! Autrefois aux mains des ducs de Portland, cette Bible des ornithologues avait déjà été vendue au même endroit en janvier 2012 et l’on en avait offert à l’époque quelque 7,9 millions de dollars, ce qui restait encore loin du record obtenu en décembre 2010 chez Sotheby’s à Londres (7,3 millions de livres sterling, soit l’équivalent de 11,5 millions de dollars).

Tous les prix mentionnés ci-dessus s’entendent frais inclus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite