Service minimum à la SNCB: un train sur trois circulera pendant la grève

©Belga
©Belga

La SNCB prévoit qu’un train sur trois roulera vendredi. Le trafic sera « très fortement perturbé » en raison de la grève de 48 heures annoncée par le syndicat socialiste à partir de jeudi à 22h00. La plupart des trains P, soit ceux habituellement ajoutés en heure de pointe, ne circuleront pas, précise mercredi l’entreprise dans un communiqué.

Vendredi, un «  certain nombre » de trains IC circuleront en heure de pointe et durant la journée, tandis que certains trains L et S ne circuleront que pendant les pointes du matin et du soir, indique l’entreprise ferroviaire. La circulation des trains P sera quant à elle très perturbée.

Samedi, il n’y aura pas de train supplémentaire vers la côte ou d’autres destinations touristiques. Les IC, L et S circuleront moins fréquemment.

Le syndicat socialiste dénonce, via cette action de 48 heures qui s’achèvera samedi à 22h00, le fait que tous les cheminots ne figureront pas sur la liste des métiers pénibles qui servira pour le calcul de la pension.

Les voyageurs sont invités à prendre connaissance du service garanti via le site de la SNCB à partir de mercredi à 22h00.

Invalid Scald ID.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite