Accueil Monde Afrique

Des migrants mourraient dans le désert entre l’Algérie et le Niger

Alger sous le feu de graves accusations : un reportage de l’Associated Press évoque 13.000 migrants abandonnés dans le désert. L’Organisation mondiale pour les migrations fait part de sa préoccupation. Alger parle d’une « manipulation ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Depuis longtemps, la situation des migrants à la frontière sud de l’Algérie inquiète les responsables des agences humanitaires et des organismes chargés des droits de l’homme. Mais l’enquête que vient de publier ce 25 juin l’Associated Press, réalisée au Niger à partir de dizaines d’interviews de migrants expulsés par l’Algérie, met au jour des traitements qui confinent à l’inhumanité.

« Ici dans le désert, narre notamment la journaliste, Lori Hinnant, l’Algérie a abandonné plus de 13.000 personnes dans les 14 derniers mois, dont des femmes enceintes et des enfants, les laissant sans nourriture ou eau, les forçant à marcher sous des températures jusqu’à 48º, parfois sous la menace d’armes. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs