Ils ont une histoire, les consommateurs les adorent !

Ils ont une histoire, les consommateurs les adorent !

En pleine Coupe du Monde de football, les maillots de foot courent les rues. Mais pas toujours ceux auxquels on aurait pu s’attendre ! Au placard les vareuses de Ronaldo, Neymar et autres stars des années 2010. Le nec plus ultra, aujourd’hui, est de porter une réplique du maillot de Pelé de 1970, de Beckenbauer de 1981 ou l’officiel de l’équipe de Belgique de 1961 !

Pourquoi un tel engouement ? Pour revendiquer sa vision puriste du football, montrer que l’on est un supporter historique, afficher sa recherche d’authenticité avec un vêtement en coton plutôt qu’en matière synthétique et moins chargé en sponsors… Mais aussi pour la rareté.

Aller à contre-courant
Pas de doute, les objets qui ont une histoire, le besoin d’un retour aux sources sont désormais élevés en art de vivre et plus seulement un phénomène de mode. Ceux, toujours plus nombreux, qui l’ont adopté au quotidien marquent clairement leur volonté d’aller à contre-courant de la massification et prônent un retour clair à l’authenticité, au vrai goût, à la tradition.

Prenez la pils, par exemple ! Alors qu’on aurait pu la croire détrônée par les néo-bières et les bières spéciales, son goût authentique, pur, sans mélange, lui a permis de devenir la bière la plus consommée et vendue dans le monde ! Originaire de République tchèque, la pils houblonnée à fermentation basse est apparue en 1928 en Belgique sous le nom de Cristal et, depuis, sa recette n’a jamais changé. Pour le plus grand plaisir des amateurs.

Créer un lien fort
La 2CV est un autre phénomène de ce retour aux origines. Même si la « Deuche » n’est plus produite depuis 1990 – elle ne répond pas aux normes de sécurité moderne –, elle reste une formidable machine à souvenirs, une « façon de vivre à la française », un symbole de liberté toujours très recherché. Tout comme la « Cox » ou le « pot de yaourt ».

Et que dire de cette nouvelle console Polymega qui va permettre aux amateurs de jeux vidéo de ressortir leurs vielles « cartouches » de consoles des années 1980 ? Ou du retour du Polaroïd, des accessoires en Formica, du savon noir, de l’explosion des sites web et des boutiques dédiés aux vêtements d’avant les années 1980, des marques qui commercialisent des éditions spéciales de leurs produits avec les étiquettes d’antan pour fêter tel ou tel anniversaire !

Si le retour aux objets tels qu’ils étaient à leur création a d’abord eu des accents marketing, nul doute qu’il a fini par répondre à un réel besoin du public. Le besoin de renouer avec des objets, des produits qui ont une histoire, avec lequel on crée un lien fort et qui, d’une certaine manière, réconforte.