5 chiffres et votre pouce pour payer tout et partout

Plus besoin d’avoir de monnaie pour le distributeur de pains ou même le casier de la piscine. Bientôt, votre empreinte digitale et un code à 5 chiffres suffiront pour les ouvrir. Pratique, non ? Si la société sans cash n’est pas pour demain, des applis permettent déjà de gérer ses paiements bien plus facilement qu’avant !

Le secteur financier se développe à cent à l’heure. S’il est déjà possible d’effectuer de nombreuses opérations bancaires de manière électronique, le phénomène va encore s’intensifier. Une des apps les plus à la pointe dans ce domaine est belge : itsme®.

Les opérations bancaires en 2018
L’outil d’identification itsme® vous permet de valider vos paiements en toute sécurité avec votre smartphone, sans plus jamais avoir recours à votre lecteur de carte. Un code à 5 chiffres (que vous choisissez) et l’empreinte digitale de votre pouce suffisent. Le gouvernement belge a attribué à itsme® le même niveau de sécurité qu’un lecteur de carte eID, ouvrant ainsi la voie à de nombreuses possibilités dans le domaine bancaire.

Vous pouvez déjà vous identifier à l’aide de itsme® chez ING, Belfius, BNP Paribas Fortis, Hello Bank! et Fintro. Chez KBC/CBC, vous pouvez même ouvrir un compte avec l’appli de manière 100 % électronique, sans présenter votre eID et sans passer par une agence bancaire. Dans un proche avenir, il vous sera possible également de faire vos achats en ligne ou d’apposer votre signature itsme® au bas d’un contrat bancaire.

Le futur, c’est maintenant !
Le secteur bancaire 3.0 ne s’arrête pas là. Déjà des concepts comme l’open banking et la DSP2 (deuxième directive sur les services de paiement) présagent le futur. La DSP2 vise à mieux protéger le consommateur lorsqu’il effectue des paiements en ligne, y compris des paiements européens transfrontières. À partir de cet automne, les banques européennes seront tenues de partager des informations liées au compte avec des tiers, moyennant le consentement du client. Ce faisant, elles ne devront bien sûr pas commettre d’infractions au nouveau Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Ainsi, certaines applis bancaires permettent déjà de prendre en charge les comptes ouverts auprès d’autres banques. L’utilisateur peut alors consulter tous ses soldes sur une seule interface.

La société sans cash
Les Scandinaves effectuent déjà énormément de paiements avec leur carte bancaire ou leur smartphone. Là-bas, il se pourrait qu’à terme, les pièces de monnaie et les billets deviennent des objets de musée. Le Belge est un peu plus conservateur. L’évolution vers une société sans cash se fera lentement, du moins tant que les paiements électroniques garderont un coût élevé pour les commerçants.

La UneLe fil info Partager