La Russie accuse France 24 d’infraction à la loi sur les médias

©Flickr/Luc Van Braekel
©Flickr/Luc Van Braekel

L’autorité de contrôle des médias russes a accusé vendredi la chaîne de télévision française France 24 d’avoir violé la loi russe sur les médias, peu après l’avertissement adressé par le régulateur français à la chaîne russe RT France.

Dans un communiqué transmis à l’AFP, l’agence fédérale Roskomnadzor indique avoir « identifié une violation de l’article 19.1 de la loi sur les médias de la part de France 24 ». Elle avertit la chaîne que ses activités risquaient d’être « suspendues sur décision de justice ».

La chaîne de télévision France 24 est diffusée en anglais et en français sur des bouquets d’opérateurs télécoms en Russie.

La loi en question limite la participation étrangère au capital des médias diffusant sur le sol russe.

« Des informations sur les mesures prises pour mettre fin aux infractions commises » doivent être « au plus vite » transmises à Roskomnadzor, a-t-il indiqué, sans préciser le délai imparti.

Le cas de « Russia Today »

Cet avertissement de Roskomnadzor intervient au lendemain d’une « mise en demeure » du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à la branche française de la chaîne russe RT, contrôlée par le Kremlin.

Accusée par le CSA de « manquements à l’honnêteté, à la rigueur de l’information et à la diversité des points de vue » dans un sujet sur la Syrie, la chaîne a plaidé dans un communiqué « une erreur purement technique, qui a été corrigée ».

Dans ce sujet, intitulé « Attaques simulées » et diffusé le 13 avril, « contestant la réalité des attaques à l’arme chimique dans la région syrienne de la Ghouta orientale », le CSA avait notamment observé « que la traduction orale des propos tenus par un témoin syrien ne correspondait en rien à ce qu’il exprimait à l’antenne ».

Considérée par Washington comme un organe de propagande pro-Kremlin, RT avait signé dès 2015 avec le CSA une convention qui lui impose des engagements renforcés en matière « d’honnêteté et d’indépendance de l’information ».

Au Royaume-Uni, le régulateur de l’audiovisuel (Ofcom) a déjà émis une dizaine de mises en demeure contre RT et l’a menacée de sanction, pour des sujets notamment sur la Syrie et l’Ukraine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite