Accueil Société

(Faux) manuel de sécurité mais vrai «help desk» pour les terroristes

Article réservé aux abonnés
Grand reporter Temps de lecture: 2 min

Quelques jours après les attentats de Paris, dans une interview au magazine spécialisé Wired, un membre du centre anti-terroriste de l’académie militaire américaine de West Point disait avoir identifié un manuel de sécurité en langue arabe utilisé par Daesh, et qui montrait toute la diversité des outils de sécurité que les terroristes utilisaient – ou plus exactement étaient invités à utiliser : pêle-mêle, les logiciels, applications et matériel Tor, Tails, Cryptocat, Wicker, Redphone, Hushmail, etc. Bref, toute la panoplie des outils de sécurité généralement mis à disposition des journalistes et militants des droits de l’homme. On y lisait notamment que DropBox n’était pas fiable, que le cryptage Apple était très bien, etc. Des conseils complets et remarquablement à jour.

Le « manuel » existe bien, oui, mais il n’est pas l’œuvre de Daesh : il s’agit d’un texte écrit en juillet 2014 par la société koweïtienne de cybersécurité Cyberkov, à destination précisément des militants des droits humains…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs