Accueil Économie Entreprises

Un couac juridique laisse Alibaba partir bredouille

Jack Ma, le patron d’Alibaba, l’Amazon chinois, n’a pu obtenir mardi qu’un engagement politique en faveur du développement du commerce électronique à l’issue de sa rencontre avec le Premier ministre belge, Charles Michel.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Les paroles s’envolent, les écrits restent. Cet adage aura dû résonner d’une manière bien particulière dans la tête de Jack Ma après sa rencontre avec le Premier ministre belge, Charles Michel.

En toile de fond de cette rencontre, l’investissement en Belgique que Jack Ma a promis « important », mardi. Avec cette présence, Liège fera partie des cinq nouveaux hubs mondiaux du géant chinois, aux côtés de Moscou, Dubaï, Hangzhou et Kuala Lumpur. Si le calendrier semble se préciser sur ce dossier, Jack Ma escomptait faire signer le Premier ministre sur un autre sujet.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs