Accueil Belgique Politique

Dépénalisation de l’IVG: après des échanges houleux entre majorité et opposition, les débats sont reportés

La majorité fédérale a trouvé un accord sur ce sujet emblématique. Mais des voix s’élèvent déjà pour souligner que le texte ne va pas assez loin. Les débats reprendront mardi prochain.

Temps de lecture: 2 min

La mesure était réclamée à cor et à cri depuis de longues années. La majorité fédérale, après avoir longuement tergiversé, est parvenue mardi à un accord pour sortir l’avortement du code pénal. Un dossier particulièrement délicat.

Initialement, le VLD et le MR étaient pour une avancée sur cette question. Mais c’était plus compliqué au CD&V, plutôt contre, et au sein d’une partie de la N-VA. Le CD&V a obtenu gain de cause sur la reconnaissance symbolique des bébés nés sans vie avant six mois de grossesse et a rallié la N-VA.

Des débats qui s’annoncent houleux

Cet accord prévoit bien de sortir l’avortement du code pénal et d’aboutir à une loi autonome sur le sujet. Le délai de douze semaines pour avorter est quant à lui conservé, tout comme le délai de réflexion de six jours… À noter que la majorité conserve des sanctions pénales en cas de non-respect des conditions de la loi, par exemple en cas de dépassement du délai. Des voix s’élèvent déjà pour dénoncer un texte qui ne va pas assez loin. Le recteur de l’ULB, clinicien et ancien président du comité consultatif de bioéthique, Yvon Englert avait été auditionné sur la question par le Parlement. Il estime que « cet accord est une mauvaise chose », car « le texte prévoit toujours deux délais imposés ».

Ce mercredi, la commission Justice à la Chambre est revenue sur les propositions de loi des partis de l’opposition. Les débats ont été houleux :

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs