Accueil Société

D’année en année, le manque d’eau commence à peser pour les agriculteurs

Cela fait plusieurs débuts d’été que les sécheresses se succèdent. Tant pour les éleveurs que pour les cultivateurs, cela génère des coûts et provoque des manques de réserves.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Au milieu de sa prairie jaunie, Christophe, agriculteur à Braine-le-Château, vient s’enquérir de l’état de santé de ses vaches. Les herbes totalement jaunies par le manque de pluie de ces dernières semaines ne suffisent plus à nourrir son bétail. Il faut trouver la parade, sans pour autant se ruiner et mettre en péril l’exploitation familiale. Une situation qui se répète ces dernières années. Toujours au début de l’été. Et elle pose problème car il devient impossible à l’éleveur, comme à ses nombreux collègues, de constituer des réserves de foin d’années en années.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs