Accueil Société

L’Otan appelle la Belgique à choisir des avions de combat «modernes» et «capables»

Le gouvernement du Premier ministre Charles Michel a entamé la procédure d’achat de 34 avions de combat de « nouvelle génération » pour un montant initial de 3,6 milliards d’euros.

Temps de lecture: 2 min

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a appelé vendredi la Belgique à choisir des avions de combat «  modernes » et «  capables » pour remplacer sa flotte vieillissante de chasseurs-bombardiers F-16, sans se prononcer sur le type d’appareil à sélectionner.

«  Ce n’est pas à l’Otan de décider quel type vous achetez. C’est à la Belgique de décider », a-t-il affirmé à l’Agence Belga à cinq jours d’un sommet des dirigeants des 29 pays alliés à Bruxelles qui sera dominé par le souhait des Etats-Unis d’un partage plus équitable du fardeau en matière de défense.

«  Ce qui est important pour nous, c’est ce que vous remplaciez les avions (actuels) par des avions modernes », a-t-il ajouté. «  Ce n’est pas à l’Otan d’avoir une opinion » sur le type retenu, pour autant qu’il s’agisse d’appareils «  capables », a-t-il poursuivi.

Une procédure d’achat est entamée

Le gouvernement du Premier ministre Charles Michel a entamé la procédure d’achat de 34 avions de combat de « nouvelle génération » pour un montant initial de 3,6 milliards d’euros – mais avec une facture estimée à 15 milliards sur la durée de vie des appareils, soit une quarantaine d’années.

Deux pays, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont répondu à l’appel d’offres (en jargon « Request for Government Proposal », RfGP) émis l’an dernier par le ministère de la Défense, en proposant respectivement le F-35 Lightning II du groupe Lockheed Martin et l’Eurofighter Typhoon du consortium européen Eurofighter composé d’Airbus Group, de BAE Systems et Leonardo.

La France a pour sa part proposé, mais en dehors de la procédure officielle, un «  partenariat stratégique » bâti autour du Rafale du groupe Dassault Aviation.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Poullet Albert, dimanche 8 juillet 2018, 7:53

    vu le comportement des américains et de leur président protectionnisme qui manipule en coulisse pour la destruction de l'Europe et la guerre economique avec la moitié de la planète ... ce serai irresponsable d'acheter ses avions hyper trop cher et à problèmes... le français est beaucoup moins cher et on est chez nous " en EUROPE" !!!

  • Posté par Muller Christian, dimanche 8 juillet 2018, 0:01

    La Russie est partenaire de l'OTAN (au moins sur le papier), la Chine est en dehors de son aire géographique et ces deux nations prétendent avoir développé des chasseurs de cinquième génération supérieurs au F-35, pourquoi ne pas leur demander leurs conditions pour fabriquer chez nous une version belge de leurs avions satisfaisant à nos besoins militaires.

  • Posté par Bricourt Noela, samedi 7 juillet 2018, 17:31

    Combat d'arrière garde. La Belgique doit acheter Français.

  • Posté par Raoul LAMBELIN, samedi 7 juillet 2018, 10:28

    L'OTAN n'a rien de mieux à faire que de rappeler une évidence. Comme si les Belges étaient enclins à acheter de vieux avions de combat, de seconde main et incapables de faire face aux défis technologiques modernes ! Il peut être supposé que derrière l'OTAN se profilent les intérêts des constructeurs (exclusivement) américains...

  • Posté par Dussart-Desart Philippe, samedi 7 juillet 2018, 7:31

    Notre marine est déjà intégrée avec les hollandais. 1-0 pour la Flandre. On pourrait intégrer peut être notre aviation avec la France ?? Un juste équilibre 1-1 ?? Le début d'une force européenne, autonome moins tributaire des US ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko