Accueil

«Un débat largement prématuré»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Premier concerné, l’aéroport de Charleroi tient à ralentir le débat : « Si des rapatriements forcés devaient avoir lieu, ce qui n’est pas le cas actuellement, cela nécessiterait de nombreux investissements. On n’en est encore très loin », explique Vincent Grassa, porte-parole de l’aéroport. L’augmentation du nombre de policiers, « pour garantir la sécurité du personnel, des voyageurs et des personnes expulsées » et des changements d’infrastructure, pour permettre notamment « la création d’un espace d’accueil » sont à prévoir. « Il faudra que nous soyons bien préparés. Dans la situation actuelle, il est hors de question de rapatrier qui que ce soit de manière forcée », conclut le porte-parole.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs