Accueil Monde Amériques

En Colombie, la violence reprend ses droits

Depuis la signature de l’accord de paix en 2016, près de 200 « leaders sociaux », défenseurs des droits de l’homme ou élus locaux, ont été assassinés.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les temps obscurs de la violence en Colombie sont-ils en train de reprendre ? Depuis la signature, le 24 novembre 2016, de l’accord de paix entre le gouvernement et les ex-Farc (la guérilla devenue depuis le parti de la Force alternative révolutionnaire du commun), près de deux cents « leaders sociaux », comme on les appelle en Colombie, ont été assassinés, soit parce qu’ils militaient pour défendre les droits de l’homme, l’environnement, le droit des communautés à récupérer et protéger leurs terres, soit parce qu’ils avaient une responsabilité locale, voire simplement pour leur appartenance politique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs