Accueil Sports Coupe du monde Les Diables rouges

De Bruxelles à Kazan: comment Roberto Martinez a évolué sur le plan tactique

Rapidement aiguillé vers le 3-4-2-1 pour tirer le meilleur de son noyau, Roberto Martinez n’a pris que quelques mois pour peaufiner son système de jeu et faire de la Belgique une machine à marquer. Mais, alors qu’on le pensait inflexible sur certains principes comme la défense à trois, il a déjoué tous les pronostics en mettant en place un plan contre le Brésil. Un coup de génie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Un lapin de son chapeau. Vendredi soir, à Kazan, Roberto Martinez a surpris tout son monde en mettant en place un 4-3-3 destiné à infléchir au maximum le pouvoir de nuisance offensif brésilien. Un coup de maître du Catalan – il a été mis sur pied entre les matchs contre le Japon lundi et le Brésil quatre jours plus tard à en croire Eden Hazard – qui n’a jamais cessé de parler de « flexibilité » durant ses vingt-deux premiers mois à la tête de la sélection belge. Un règne où Roberto Martinez n’aura pas mis beaucoup de temps à trouver son système fétiche – le 3-4-2-1 – jusqu’à persuader tout le monde qu’il mourrait avec ses idées même face aux cadors lors de matchs couperets de la Coupe du monde. Le Brésil-Belgique de vendredi soir a prouvé le contraire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bruls Manfred, dimanche 8 juillet 2018, 18:29

    Le 14 juillet les Diables Rouges défileront devant la Légion Étrangère

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs