Accueil Culture

Barbara Abel, l’écrivaine du paroxysme

L’auteure publie « L’innocence des bourreaux ». Comme d’habitude, elle n’épargne personne.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

C’est grâce au théâtre que Barbara Abel est arrivée à l’écriture. Elle voulait être comédienne. Après sa philologie romane à l’ULB, elle s’en va suivre des cours à Paris. Beaucoup de travail, de fêtes, de rencontres. Dont celle de Gérard Goffaux, dessinateur de BD plutôt noires. Le couple rentre à Bruxelles, écrit à deux L’esquimau qui jardinait, monté à la Samaritaine. «  J’ai pris plaisir à écrire ce texte, dit Barbara Abel. Alors j’ai tenté à la fois d’être actrice et écrivaine. Et j’ai trouvé un éditeur avant un metteur en scène. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs