Accueil Monde France

Emmanuel Macron en Congrès à Versailles: «Je n’aime ni les castes, ni les rentes, ni les privilèges»

Pour la deuxième fois, le président français s’exprime ce lundi après-midi devant les parlementaires à Versailles. Le rendez-vous fait polémique alors que sa popularité est au plus bas.

Temps de lecture: 2 min

La réunion des députés et sénateurs en Congrès à Versailles pour entendre le discours d’Emmanuel Macron destiné à rappeler le cap de son quinquennat a commencé lundi à 15h.

Une fois la séance déclarée ouverte par le président du Congrès et président de l’Assemblée, François de Rugy (LREM), le président de la République a fait son entrée dans l’hémicycle et est monté immédiatement à la tribune, pour le deuxième discours de son quinquennat dans ce cadre symbolique.

Le président a assuré lundi devant le Congrès réuni à Versailles qu’il n’aimait «ni les castes, ni les rentes, ni les privilèges», assurant vouloir défendre par sa politique «les entreprises» et «non pas les riches».

«Une politique pour les entreprises, ce n’est pas une politique pour les riches. C’est une politique pour toute la nation, une politique pour l’emploi, une politique pour les services publics» et «pour ceux qui restent en marge», a insisté le chef de l’Etat.

Emmanuel a Macron a assuré ne pas avoir oublié «  les peurs, les colères accumulées pendant des années », qui ont conduit à son élection et «  n’ont pas disparu en une année », disant savoir qu’il «  ne réussi(t) pas tout ».«  Je n’ai rien oublié des peurs, des colères accumulées pendant des années qui ont conduit notre pays à ce choix. Elles ne disparaissent pas en un jour, elles n’ont pas disparu en une année », a-t-il déclaré devant les parlementaires, avant d’ajouter : «  je sais que je ne peux pas tout, je sais que je ne réussis pas tout ».

Amender le Constitution pour écouter les parlementaires en Congrès

Le gouvernement va déposer un amendement au projet de loi constitutionnelle pour permettre au chef de l’Etat d’écouter les parlementaires et leur répondre lors des Congrès, a annoncé lundi Emmanuel Macron.

«  J’ai demandé au gouvernement de déposer dès cette semaine un amendement au projet de loi constitutionnelle qui permettra que lors du prochain Congrès je puisse rester non seulement pour vous écouter mais aussi pour pouvoir vous répondre », a déclaré le chef de l’Etat devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. La révision constitutionnelle sera examinée à partir de mardi en première lecture dans l’hémicycle de l’Assemblée.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Brasseur Michel, mardi 10 juillet 2018, 14:50

    Quel homme du people ce Macron! Il n'hésite pas à se mentir à lui même pour mieux nous prendre pour des cons! Franchement, ce type est une catastrophe nationale!

Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une