Accueil Sports Coupe du monde Les Diables rouges

Les Diables rouges en Russie, jour 29: la sélection belge est arrivée à Saint-Pétersbourg (vidéos)

Mardi à 20 heures, les Diables affronteront la France dans la première demi-finale de la Coupe du monde.

Temps de lecture: 3 min

Après un dernier entraînement, les Diables rouges ont rallié Saint-Pétersbourg ce lundi durant l’après-midi. C’est là qu’ils affronteront l’équipe de France mardi soir en demi-finales du Mondial russe.

Derniers réglages à Dedovsk

C’est sous de lourds nuages gris que les Diables ont effectué leur ultime préparation dans le centre sportif d’entraînement de Dedovsk. Tous les joueurs étaient présents et la bonne humeur était de rigueur. Contrairement aux Français, les Belges ne se sont pas entraînés à la Zenit Arena.

Arrivée à Saint-Pétersbourg

Les Belges sont arrivés vers 15h45 à Saint-Pétersbourg. À l’exception de Kevin De Bruyne et Roberto Martinez, partis remplir leurs obligations médiatiques, la sélection est restée à l’hôtel pour se reposer avant le plus important des derbies franco-belges.

Kevin De Bruyne veut aller jusqu’au bout

C’est avec son calme et sa sérénité habituelle que Kevin De Bruyne a répondu aux questions des journalistes lors de la conférence de presse. Le stratège de Manchester City veut aller jusqu’au bout, tout comme ses coéquipiers. « Ce n’était pas arrogant avant le tournoi de dire que nous voulions gagner la Coupe du monde. La Belgique est une belle équipe et une dizaine d’autres équipes auraient pu en dire de même. Il faut montrer son ambition si on veut gagner. Selon moi, c’est impossible de gagner si on n’y croit pas dès le départ. Nous sommes ici pour aller le plus loin possible et c’est ce que nous allons essayer de faire », a expliqué De Bruyne avant d’évoquer l’importance de Roberto Martinez. « Il a construit quelque chose d’important autour du potentiel de l’équipe. Cela fait sept-huit ans que l’équipe joue ensemble. Il est parvenu à nous fournir la confiance nécessaire pour pouvoir gagner des tournois comme l’Euro ou le Mondial. »

Une chance unique pour toute la Belgique

Roberto Martinez s’est quant à lui montré confiant lors de la conférence de presse. Le sélectionneur national a notamment mis l’accent sur le facteur ‘équipe’ qui est selon lui prépondérant par rapport aux différentes individualités. « Cette demi-finale est une opportunité unique pour toute l’équipe et pour toute la Belgique. On a l’occasion de concrétiser le dur travail réalisé lors de ces 10-15 dernières années pour faire émerger nos talents », a posé d’emblée Martinez.

« Je ne pense pas que l’on relâchera la pression », a-t-il ensuite répondu à un journaliste qui lui demandait si l’équipe pouvait changer d’attitude après la victoire contre le Brésil. « Cela ne peut pas se produire quand on joue une demi-finale de Coupe du monde. La France est une équipe très similaire au Brésil en termes d’individualités. Quand on rencontre des équipes cela, on sait qu’il faut être concentré 90 minutes. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb