Mort de Carlo Benetton, le plus jeune des frères ayant créé la marque éponyme

Mort de Carlo Benetton, le plus jeune des frères ayant créé la marque éponyme

Carlo Benetton, le plus jeune des frères et sœur ayant créé la marque de vêtements éponyme, est décédé à l’âge de 74 ans, a-t-on appris mardi auprès de l’entreprise. Il est mort dans son habitation de Trévise, dans le nord de l’Italie, des suites d’une maladie. Il était père de quatre enfants.

Avec ses frères Luciano et Gilberto, et sa sœur Giuliana, Carlo Benetton avait fondé l’entreprise en 1965 à Ponzano Veneto, un village du nord-est de la péninsule, d’abord en l’axant sur la maille.

L’idée était venue de Luciano, l’aîné de la fratrie, et rapidement, les petits pulls doux en laine déclinés en de multiples couleurs ont séduit les foules.

Des campagnes pub chocs

Le succès des « United Colors of Benetton » est ensuite allé grandissant, jusqu’à devenir planétaire entre 1982 et 2000 avec les campagnes publicitaires chocs du photographe Oliviero Toscani, comme celle qui montrait une femme noire donnant le sein à un enfant blanc.

Mais, depuis le début de la décennie, la marque, qui s’est diversifiée dans l’habillement, n’a cessé de décliner, ce qui a poussé Luciano Benetton, 83 ans, à en reprendre les rênes cet automne. Il les avait laissées en 2012.

Benetton a terminé 2017 sur une perte de 180 millions d’euros, la plus importante de son histoire, mais espère voir en 2019 les premiers effets de la nouvelle stratégie.

Luciano Benetton avait expliqué en novembre dans le quotidien La Repubblica qu’assister au délitement des « United Colors of Benetton était « une douleur intolérable ». Selon lui, le « péché le plus grave » a été de quasiment «  arrêter de fabriquer des pulls ».

En passant au total look, l’entreprise a perdu ce qui faisait son ADN et a parallèlement peiné à se renouveler alors que d’autres acteurs entraient sur le marché du « fast fashion », comme H&aM, Zara ou Uniqlo.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite