Accueil Sports Coupe du monde

Coupe du monde: que restera-t-il de la fièvre collective?

De la Côte à la Gaume, des millions de Belges ont vibré à l’unisson tout au long du parcours des Diables. Maintenant que la fête est finie, que le rêve d’être champion du monde s’est envolé, que restera-t-il de ces émois collectifs ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Un drapeau belge gît par terre, abandonné par quelque supporter dépité, dans une rue de Bruxelles déserte. Une image, parmi tant d’autres, de la drache nationale qui s’est abattue mardi soir au coup de sifflet final. La Belgique est éliminée. Au revoir liesse, bonjour déception et tristesse. En football, la victoire tient parfois à un fil, un cheveu même. On l’a encore vu face à la France.

Nous avons à plusieurs reprises dans ces colonnes relaté et tenté d’analyser les effets de l’engouement qui s’est emparé du pays dans le sillage du parcours exceptionnel des Diables rouges en Russie. Un but français a-t-il suffi à tout faire partir en fumée ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs