Enfants de djihadistes: la Belgique prend des risques

Selon les services de renseignement, 162 enfants dont au moins un des parents est belge seraient toujours présents en Syrie et en Irak.
Selon les services de renseignement, 162 enfants dont au moins un des parents est belge seraient toujours présents en Syrie et en Irak. - Zumapress.

Selon les services de renseignements, il y aurait en Syrie et en Irak 162 mineurs dont un des deux parents au moins est un combattant belge. Le sort de ces enfants est au centre d’un rapport de Rik Coolsaet, spécialiste des relations internationales (UGent), et Thomas Renard, chercheur à l’Institut Royal des Relations Internationales (Egmont). Ils y analysent les dilemmes politiques, juridiques et moraux liés au rapatriement de ces enfants de djihadistes.

Les deux chercheurs pointent l’urgence « d’élaborer une stratégie claire à l’égard de ces enfants ». Ils expliquent l’importance d’organiser le rapatriement de manière active et cohérente : «  Grandir dans des camps de détention sans aucune perspective risque de créer une génération d’adolescents frustrés et rancuniers. C’est la condition idéale pour constituer un contingent de réserve apatride pour le djihadisme et les organisations criminelles.  »

Encore capables de s’adapter

Pour Rik Coolsaet et Thomas Renard, la Belgique doit impérativement clarifier la procédure de retour de ces enfants dont la majorité est sans doute encore capable de s’adapter (ou de se réadapter) aux sociétés occidentales. Ils soulignent que « plus ils passent de temps dans un environnement hostile, plus ils pourraient être traumatisés et éventuellement entretenir une haine de l’Occident ».

>> A lire sur Le Soir +  : l’analyse du rapport, la position du gouvernement, les chiffres du nombre d’enfants concernés.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Organisation internationale|Enfants|Irak|Syrie
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le petit-fils de Winston Churchill, Nicholas Soame, membre du parlement britannique, lors de l’inauguration d’un buste de son grand-père aux Etats-Unis.

    Brexit: «Churchill aurait été meilleur que nous pour gérer tout ça»

  2. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  3. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite