Athlétisme: Jonathan Sacoor améliore le record de Belgique junior du 400 m aux Mondiaux

© BELGA
© BELGA

Jonathan Sacoor, 18 ans, a effectué une véritable démonstration, ce jeudi, aux Mondiaux juniors organisés à Tampere (Finlande). Le Brabançon flamand entraîné par Jacques Borlée a, en effet, remporté sa demi-finale du 400 m en 45.72, le meilleur temps de la journée, et a ainsi non seulement pulvérisé son record personnel (46.07) mais a également amélioré le record de Belgique junior de Fons Brydenbach (45.86), qui datait de 1973.

Sacoor a remarquablement réparti ses efforts tout au long de la course. Deuxième en sortie de virage, il est resté très souple jusqu’à la ligne qu’il a franchie en vainqueur en tirant le frein à main dans les vingt derniers mètres, s’imposant devant le Jamaïquain Chantz Sawyers (46.19) et le Tchèque Matej Krsek (46.59).

Sacoor est considéré comme l’un des jeunes talents les plus prometteurs de l’athlétisme belge. Cet hiver, il avait remporté, en compagnie des trois frères Borlée, la médaille de bronze sur 4 x 400 m aux Mondiaux indoor de Birmingham.

« Je suis super content  ! », a déclaré Sacoor après la course à Atletieknieuws. « Jacques (Borlée) m’avait dit d’essayer de remporter ma demi-finale pour avoir un bon couloir en finale et faire peur aux Jamaïquains ! Le record de Belgique, qui n’était pas mon objectif au départ, est un bonus. Demain, je ne vais pas spéculer mais me donner à 110 %. Tout le monde sera certainement hyper stressé… J’espère pouvoir aller encore plus vite même si ce sera ma troisième course en trois jours. »

La finale du 400 m des Mondiaux juniors de Tampere aura lieu ce vendredi à 19h35 (en Belgique).

Obasuyi à la plus mauvaise place

Dans la finale du 110 m haies, Michael Obasuyi, après un départ un peu manqué, a terminé à la plus ingrate des places, la 4e, en 13.45 (+0,3 m/s) à 7 centièmes de son record personnel… et du bronze remporté par le Japonais Izumiya (13.38), le titre revenant au Jamaïquain Thomas (13.16) devant son compatriote Bennett (13.33).

Enfin, à la hauteur, le Carolo Thomas Carmoy s’est qualifié pour la finale du concours de hauteur de samedi en franchissant 2,15 m.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite