Les piscines n’ont pas le droit d’interdire le burkini

Les piscines n’ont pas le droit d’interdire le burkini

Une piscine publique ne peut interdire aux baigneuses le port du burkini pour des raisons d’hygiène ou de sécurité, affirme le tribunal de première instance de Gand dans deux de ses jugements, selon les journaux du groupe Mediahuis.

Interdire cette pièce de bain couvrante pour des raisons d’hygiène ou de sécurité n’est pas justifié, l’administration flamande elle-même ayant fourni des preuves scientifiques qu’il n’y avait pas de problèmes dans ces domaines.

Le centre interfédéral pour l’égalité des chances, Unia, avait déjà fait savoir à la Ville d’Anvers qu’il ne voyait aucun fondement juridique à une telle interdiction. Il avait déjà par le passé appelé à faire l’équilibre entre liberté de religion et égalité homme-femme dans ce débat. « Le burkini peut être perçu comme un vêtement avilissant ou comme un vêtement permettant à ses utilisatrices de participer à une activité sportive », rappelait-il encore en 2015.

A Gand, les piscines communales Ter Wallen (Merelbeke) et Van Eyck devront adapter leur règlement, même si des appels sont introduits dans les prochains jours.

Si la commune de Gand du bourgmestre sp.a Daniel Termont est la première visée, c’est bien du côté de la N-VA que sont venues les premières réactions à ces jugements. « Combien de personnes musulmanes sont demandeuses » du burkini, demande ainsi la secrétaire d’État à l’Egalité des Chances Zuhal Demir (N-VA), pour qui ce vêtement représente « une provocation volontaire » contre l’égalité.

« Normes et valeurs sociétales »

A Anvers, l’échevin N-VA Fons Duchateau a assuré que le jugement de la justice gantoise ne changerait rien à l’interdiction qui prévaut dans les piscines communales. Un dossier judiciaire est là aussi pendant et l’échevin compte y faire valoir le point de vue selon lequel une interdiction du burkini ne doit pas être fondée sur l’hygiène et la sécurité, mais « parce que nous n’en voulons pas en fonction de nos normes et valeurs sociétales », a-t-il dit, sans préciser les moyens qu’il compte invoquer.

Dans l’opposition, Groen a souligné combien la N-VA allait utiliser ce dossier pour détourner l’attention d’autres sujets comme le déficit budgétaire du Fédéral. « Combien de fois la N-VA va-t-elle encore utiliser cette ficelle », demande le député bruxellois Bruno De Lille sur Twitter. « Allons-nous convenir cette fois-ci que nous ne tomberons pas dans le panneau ? »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite