Accueil Sports Coupe du monde

Les anti-foot, ces nouveaux hérétiques

Les rares casse-cou qui s’essaient aujourd’hui à un peu de sens critique sur le Mondial sont régulièrement couverts d’injures.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

I l ne suffit pas d’être heureux. Encore faut-il que les autres soient malheureux. » La citation est de Pierre Desproges, qui l’avait lui-même empruntée à Jules Renard. L’humoriste du siècle passé, mort d’un cancer expéditif et sans prolongation en 1988, se fendit deux ans plus tôt d’une chronique assassine sur la folie du foot. C’était durant la Coupe du Monde au Mexique, celle-là même qui amena nos valeureux Diables – ainsi que les Bleus, déjà – jusqu’en demi-finales. Desproges se gaussait à l’époque des « dégradantes contorsions manchotes des hordes encaleçonnées sudoripares qui se disputent sur gazon l’honneur minuscule d’être champions de la balle au pied ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Roland MARTIN, samedi 14 juillet 2018, 8:53

    Perso. je n'ai jamais regardé un seul match de foot. car ce sport ne m'intéresse absolument pas. Tout au plus je lis les scores quand les médias les publient, au même titre que les résultats d'une course de F1. Beaucoup de personnes qui ne vivent plus que pour ça: grand bien leur fasse ! Ils me font sourire avec leurs accoutrements ridicules comme si c'était pour le carnaval . Si cela rend des gens heureux, pourquoi pas ? Tant que ce n'est pas au détriment des autres, pourquoi pas ? Je dois avouer une chose: les séquences de "l'agent Verhaegen" sur la RTBF et sur facebook Pablo Andres, je les ai toutes regardées: j'ai ri énormément !

  • Posté par Lechat Nadine, vendredi 13 juillet 2018, 22:28

    Que dire alors du Soir qui a perdu tout sens de la hiérarchisation de l’information mettant le football aux premières loges (et pourtant je suis un amateur), et qui nous pond par après un article critique sur ce même manque de hiérarchisation sans se sentir visé...

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 14 juillet 2018, 9:27

    Le Soir est partenaire des Diables rouges comme toutes les firmes pour lesquelles la coupe du monde est l'occasion d'augmenter leurs bénéfices. La publicité omniprésente pour les Diables rouges est d'abord et avant tout une publicité pour les firmes qui les étalent ad nauseam. La coupe est une immense affaire commerciale qui transforme les supporters habituels ou occasionnels en hommes-sandwichs et en consommateurs de multiples produits dont la bière n'est pas le moindre (en volume). Cela n'empêche pas le plaisir pris par beaucoup de personnes. Quant à y voir une raison de fierté nationale, pourquoi pas, si le nationalisme pouvait s'évacuer de cette façon ?

  • Posté par Rasir Yves, vendredi 13 juillet 2018, 18:21

    Une religion dont les adeptes fraternisent sans frontières de langue et de nationalité, se déguisent sans complexe pour aller communier et font la fête bruyamment et joyeusement dans les temples, ça me va. Le futile est ce qu'il y a de plus utile dans ce bas-monde.

  • Posté par Bihin Jean-Paul, vendredi 13 juillet 2018, 18:34

    Comparer le foot à une religion...bof. maintenant, qu'on me montre qu'il y a moyen de faire la fête autrement, de fédérer, de fédérer...Je suis preneur.

Plus de commentaires

Aussi en Coupe du monde au Qatar

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs