Accueil Culture Cinéma

Bergman, le génie qui dansait avec ses démons

Il naissait il y a cent ans tout juste, à Uppsala. Le cinéaste suédois a filmé comme personne la femme, le couple, la famille, la foi, Eros et Thanatos.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

C’est le plus grand cinéaste de tous les temps. Un génie, digne de Shakespeare et de Beethoven. L’homme qui a le plus durablement marqué son art. Et son époque. Pas étonnant que des réalisateurs aussi différents que Kubrick (The Shining), Tarkovski (Le sacrifice), David Lynch (Mulholland drive) ou Woody Allen l’aient cité pour modèle. Il est à ce jour le seul à avoir reçu la Palme des Palmes, au Festival de Cannes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs