Accueil La Une Monde

Une campagne anti-ONG sans grand fondement

D’abord saluées en héros, les ONG sont la cible de critiques acerbes depuis un an et demi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

De Matteo Salvani à Viktor Orban ou… Emmanuel Macron, les ONG ont récemment été la cible de critiques acerbes de la part de responsables politiques de premier plan, après un été 2017 déjà remarquablement virulent. Ces « taxis de la Méditerranée » font-ils le « jeu des passeurs »  ?

« Quand l’opération européenne Mare nostrum a été arrêtée, le nombre de noyades a brutalement augmenté. C’est à ce moment-là que les ONG sont intervenues, pour pallier un manque, raconte Hassiba Hadj-Sahraoui, de Médecins sans frontières. On a d’abord été accueillis comme des héros, on saluait notre action. Le MRCC italien a pris l’habitude de demander aux ONG d’intervenir, plutôt qu’aux navires marchands, parce qu’on est mieux équipés. » Et puis le vent tourne, fin 2016, avec un article du Financial Times faisant état du contenu d’un rapport de Frontex à paraître.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

La Georgie, le point zéro des futures joutes électorales américaines

Deux candidats noirs s’affrontent pour un siège de sénateur dans cet Etat du sud jadis ségrégationniste. La médiocrité de l’outsider républicain, Herschel Walker, inquiète les élites conservatrices, soucieuses de s’émanciper de la tutelle MAGA pro-Trump et inquiètes de perdre une nouvelle élection face aux démocrates.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs