Accueil Monde Europe

Flou à haut risque pour le sauvetage des migrants

Tripoli a ouvert, en toute discrétion son propre centre de coordination des sauvetages. De plus en plus de migrants risquent d’être refoulés dans des camps de détentions en Libye. Dans un contexte européen hostile, les ONG sont désemparées.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 6 min

Arrivé il y a 15 jours au port de Marseille pour une escale technique, l’Aquarius n’a toujours pas repris la mer. Le bateau qui patrouille depuis deux ans entre l’Italie et la Libye ne fait face à aucun problème matériel, aucun obstacle administratif, mais à un gros, gros flou quant à la possibilité d’opérer de nouveaux sauvetages en cas de naufrages de migrants. Un mois après que l’Italie a fermé ses ports aux ONG, obligeant le bateau à remonter jusqu’à Valence pour débarquer 629 rescapés. Aucune solution structurelle n’a été trouvée pour les prochains débarquements. La situation en Méditerranée s’est en fait largement complexifiée avec l’enregistrement d’un centre de coordination des secours à Tripoli. « On s’attend à plus de naufrages mortels dans les mois à venir, lâche Ruben le porte-parole de Sea-Watch, dont le bateau est bloqué par les autorités maltaises depuis le 2 juillet.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs