Athlétisme: Jonathan Sacoor sacré champion du monde junior sur 400m

©Belga
©Belga

Incroyable Jonathan Sacoor ! Ce vendredi, sur la piste détrempée de Tampere, en Finlande, l’athlète de l’OE Hal a remporté, à 18 ans, le titre mondial junior sur 400 m, un exploit qu’aucun athlète belge n’avait réussi jusqu’à présent. En terminant en 45.03, il a non seulement pulvérisé de 69 centièmes son record personnel (et le record de Belgique junior) établi la veille en demi-finale, il s’est aussi installé au quatrième rang de la hiérarchie belge derrière les frères Jonathan (44.43) et Kevin Borlée (44.56) et Cédric Van Branteghem (45.02). Son chrono est également le deuxième de tous les temps pour un junior européen après les 45.01 de l’Allemand de l’Est Thomas Schönlebe en 1984.

Edition numérique des abonnés

Sacoor, qui est entraîné par Jacques Borlée, a couru un tour de piste d’une intelligence rare. Parti relativement prudemment, il ne s’est pas laisser démonter par le départ kamikaze du Jamaïquain Christopher Taylor, le junior le plus rapide de l’année (44.88), qui était à sa droite. Mais dans le virage, il a placé une première accélération pour déboucher en deuxième position avant de boucler une ligne droite de feu. Après avoir dépassé Taylor, il a encore augmenté son avance tout en exécutant une course d’une grande perfection technique.

« Je n’aurais jamais osé rêver d’un tel chrono »

« Je n’en reviens pas  !, a-t-il déclaré à l’arrivée. Je savais que j’étais bien mais je n’aurais jamais osé rêver d’une telle victoire et d’un tel chrono. J’ai couru ma propre course en respectant les consignes que m’avais données Jacques Borlée. Dans les derniers 100 mètres, je me suis battu pour aller chercher ce titre ! Je suis très fier d’avoir pu porter si haut les couleurs de la Belgique. Je n’aurais pas pu le faire sans mes entraîneurs ni le soutien des autres membres de l’équipe, ici à Tampere, et de mes partenaires d’entraînement dont les frères Borlée, qui ont toujours été une grande inspiration pour moi ! »

A 18 ans, Sacoor, qui avait déjà accompagné, comme réserviste, le 4 x 400 m l’an dernier aux Mondiaux de Londres et qui avait décroché le bronze avec les trois frères Borlée dans la même épreuve en mars, aux Mondiaux indoor de Birmingham, a confirmé tout le bien que l’on pensait de lui et prouvé une fois encore qu’il est bien l’un des juniors les plus prometteurs du pays.

Edition numérique des abonnés

Jacques Borlée : « Il faut le protéger »

« C’est effectivement un très grand talent, a confirmé Jacques Borlée. Il a prouvé ici qu’il avait des qualités exceptionnelles pour aborder le plus haut niveau. Il faut maintenant veiller à le protéger, ne pas le faire monter trop vite en puissance. Cette finale était son dernier 400 m individuel de la saison. Demain (samedi) et dimanche, il courra encore les séries et la finale du 4 x 400 m et c’est également en relais qu’il sera aligné à l’Euro (senior) de Berlin, début août. »

Aucun autre athlète belge avant Jonathan Sacoor n’avait décroché un titre mondial chez les moins de 20 ans. Dans l’histoire de cette compétition, les athlètes noir-jaune-rouge – toutes féminines – n’avaient remporté qu’une médaille d’argent par l’intermédiaire d’Ann Maenhout (400 m haies, 1988) et quatre médailles de bronze grâce à Marleen Renders (10.000 m, 1986), Sandrine Hennart (longueur, 1990), Hannelore Desmet (hauteur, 2008) et Hanne Maudens (heptathlon, 2016).

Edition numérique des abonnés

Deux autres Belges se sont distingués ce vendredi aux Mondiaux juniors. Elliott Crestan et Pieter Sisk ont franchi le cap des séries du 800 m, le premier en terminant 2e de sa course, le second en étant repêché au temps. En revanche, Mathilde Deswaef sur 1.500 m et Zita Goossens à la hauteur ont toutes les deux été éliminées.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @News

    Par De notre envoyé spécial à Monaco, Philippe Vande Weyer

    Athlétisme

    Thiam: «J’ai envie de voir jusqu’où je peux encore aller»

  • Giancarlo Colombo/IAAF

    Par PHILIPPE VANDE WEYER, envoyé spécial à Monaco

    Athlétisme

    Les Borlée, une réunion de famille à Monaco

  • Emma Plasschaert. @News

    Par A Lanzarote, Philippe Vande Weyer

    Jeux olympiques

    A la poursuite de leur premier rêve olympique

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel s’attendait depuis plusieurs jours au départ des ministres N-VA du gouvernement. Sa riposte était prête et il avait déjà préparé.

    Crise politique: les trois scènes qui ont mené à la rupture

  2. Le président de la N-VA a utilisé une formule qui est à la fois extrêmement efficace et qui n’est pas suffisamment outrancière pour qu’on puisse s’en offusquer.

    «Coalition Marrakech», les mots n’ont pas été choisis par hasard

  3. Charles Michel et la N-VA. Kroll paru le 14 octobre 2014

    Le gouvernement bascule: quatre ans de suédoise vus par Kroll

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite