Accueil Société

Sur l’avortement, le CDH et le PS sont irréconciliables

La commission Justice de la Chambre a approuvé en première lecture la proposition de loi de la majorité pour sortir l’IVG du code pénal. L’opposition fulmine… sauf le CDH qui soutient le texte du gouvernement. « Le Soir » a réuni l’humaniste Catherine Fonck et la socialiste Karine Lalieux pour un débat… tendu.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La commission de la Justice de la Chambre a approuvé ce mardi en première lecture la sortie du code pénal de l’interruption volontaire de grossesse. Mais les sanctions demeurent, pour les femmes et les médecins qui ne respecteraient pas les conditions, telles que le délai de 12 semaines et une réflexion de six jours. À la Chambre, le débat a été particulièrement vif entre partisans d’une large dépénalisation et défenseurs du maintien des conditions et sanctions actuelles.

Pour y voir plus clair dans les arguments des uns et des autres, nous avons réuni Karine Lalieux, députée PS qui porte une proposition de dépénalisation large, et Catherine Fonck, cheffe de groupe CDH qui a soutenu le texte de la majorité, maintenant les sanctions pénales. Après un tour d’observation où chacune a livré ses premiers arguments, les échanges se sont faits nettement plus vifs. Dans des directions diamétralement opposées…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Björn Deckers, dimanche 15 juillet 2018, 12:47

    Avec la complicité des concierges de la majorité (le VLD et surtout le MR!), le CD&V, l'aile catho de la NVA et le Cdh s'offre un vote ultra-conservateur dans un pays pourtant largement favorable à la dépénalisation de l'IVG et à l'allongement du délai à 18 semaines au lieu de 12 actuellement. Pitoyable! Lamentable!

  • Posté par Constant Depièreux, samedi 14 juillet 2018, 12:03

    Le CDH s'en fout de l'IVG, mais il ne peut - à l'approche des élections - saboter la base électorale dont il a besoin pour protéger - tant que faire se peut - d'autres avantages indus par rapport à son poids politique réel et ses positions rétrogrades, le pacte scolaire par exemple ... Et l'on veut nous faire accroire que l'on parle d'éthique? De tout temps la marginalisation/minimisation des femmes a été électoralement porteur, malheureusement!

  • Posté par Stéphane Renard, samedi 14 juillet 2018, 11:02

    Mme Fonck - une femme pourtant - feint de croire qu'un avortement est un acte banal, alors qu'il est toujours un choix lourd à porter et douloureux à assumer. Qu'elle ait le courge d'assurer ses convictions catho conservatrices. Et surtout celui d'entendre le discours de Mme Lalieu, parfaite synthèse de tous les experts et professionnels de terrain qui connaissent la réalité du problème.

  • Posté par Coets Jean-jacques, samedi 14 juillet 2018, 10:21

    En tant que femme Mme Fonck doit défendre une position difficilement défendable. En effet, son parti s'assied sur toutes les recommandations des experts, personnes de terrain, associations etc. Comme si cela n'avait jamais existé ! Alors, évidemment, elle tourne autour du pot ; son discours est brumeux ; elle imagine des situations extrêmes pour justifier une approche générale... Peut-elle donner un exemple d'une femme ayant avorté à 6, 7 ou 8 mois pour convenance personnelle ? Si les parquets ne poursuivent plus, c'est peut-être parce que cela ne se justifie plus, en droit et en morale, non ?!

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs