Accueil La Une Monde

Rester droit et tenir la barre…

Les images d’un Jean-Claude Juncker à la démarche et à l’expression haddockiennes forcent la question : le président de la Commission dispose-t-il toujours des ressources physiques pour mener sa mission à bien ?

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 2 min

Dans la vie publique, les maladies – l’alcoolisme en est une – et toutes les autres affaires privées des personnes occupant des hautes fonctions ne constituent des questions politiques que dans deux cas : lorsqu’elles affectent les capacités de la personne en question à assumer sa fonction, et lorsque la dignité ou l’image de la charge occupée se trouvent publiquement dégradées.

L’affinité de Jean-Claude Juncker avec l’alcool est un sujet de commentaires et de plaisanteries qui remonte loin dans sa carrière luxembourgeoise, et qui l’a suivi à Bruxelles lorsqu’il a accédé à la fonction de président de la Commission européenne.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs