Michel Lelièvre demande sa libération sous bracelet électronique

Michel Lelièvre lors de son procès en 2004 © EPA
Michel Lelièvre lors de son procès en 2004 © EPA

Michel Lelièvre, l’ancien complice de Marc Dutroux, demande sa libération sous surveillance électronique, rapportent les titres Sudpresse samedi citant l’avocate de M. Lelièvre, Benjamine Bovy.

Michel Lelièvre a été condamné en 2004 par la cour d’assises d’Arlon (procès Dutroux) à 25 ans de prison pour enlèvement d’enfants et séquestration et pour trafic de drogue. Il arrive en fin de peine dans trois ans et demande sa libération sous surveillance électronique. La direction de la prison d’Ittre, où est incarcéré Michel Lelièvre, a déjà rendu un avis positif, selon Me Bovy. «  On verra ce qu’en pense le Tribunal d’application des peines, c’est lui qui décidera, mais tous les voyants sont au vert », indique-t-elle.

M. Lelièvre, en détention depuis 22 ans, a d’abord bénéficié de permissions de sorties, puis de congés qui se sont déroulés sans accroc.

« Plutôt que de lui ouvrir la porte de la prison en 2021 à fond de peine, sans devoir rien à personne, il est préférable, dans l’intérêt de la société, de le libérer avant et de l’encadrer en lui imposant des conditions strictes comme nous le demandons dans le cadre de cette demande de libération sous surveillance électronique. Mon client est d’ailleurs demandeur d’un encadrement », insiste Me Bovy.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite