Accueil Opinions

Jean-Jacques Cloquet: «Ce qui m’arrive est injuste»

Jean-Jacques Cloquet, patron de l’aéroport de Charleroi, n’a peur de rien : il éructe contre le gouvernement wallon qui le démet de son poste d’administrateur délégué, dit « non » aux rapatriements de Francken. Voici un tempérament.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

Jean-Jacques Cloquet est un des grands formats du monde patronal wallon. Cet ex-joueur de foot (en division 1 au Sporting de Charleroi) et ingénieur civil, est depuis dix ans le patron de l’aéroport de Charleroi. Sous son règne, le nombre de destinations (de 20 à 200), de passagers (de 2 à 8 millions) et d’emplois (5.000 nouveaux jobs) a explosé, sans un jour de grève du fait de son personnel. La première fois où la menace s’est profilée, il a mis sa propre démission dans la balance.

L’homme n’a peur de rien : dans cette interview il s’en prend au gouvernement wallon qui le démet de son poste d’administrateur délégué et annonce la possibilité de quitter son job à la prochaine offre extérieure. Il vient par ailleurs de dire « non » aux rapatriements souhaités par Theo Francken. Voici le récit d’une vie peu banale, qui démarre dans une rue d’Houdeng-Gœgnies.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par De Partz Yves, samedi 14 juillet 2018, 17:22

    Une belle interview humaine à l'image du personnage que je découvre. En fonds sonore depuis mon jardin,j'entends les.supporters boitsfortois enthousiastes face au match Belgique-Angleterre.Toujours 1-0..

  • Posté par Vigneron Gérard, samedi 14 juillet 2018, 11:42

    JJ un grand Monsieur comme son papa Pol avec qui j' ai travaillé plus de 20 ans à la division des gros transformateurs des ACEC ( jusqu' en 1986 ) . Papa qui était fier de son fils qui menait foot et les études avec grands succès.

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs