Couacs au défilé du 14 juillet: les avions mélangent les couleurs du drapeau français, collision entre motards (vidéos)

Le président Emmanuel Macron a ouvert samedi les festivités du 14 juillet en descendant les Champs-Elysées au côté de son chef d’état-major des Armées, avant le début du traditionnel défilé militaire donné en ce jour de fête nationale.

Durant le défilé millimétré, l’un des neuf Alphajet de la Patrouille de France a lâché un fumigène rouge et non bleu comme prévu.

L’erreur a quelque peu perturbé l’allure de la spectaculaire traînée bleu-blanc-rouge aux couleurs du drapeau français dans le ciel parisien, image emblématique du défilé.

Contrairement à une rumeur circulant sur les réseaux sociaux, cette touche supplémentaire de rouge n’était pas un hommage au sang versé des morts et blessés, mais bien une erreur, a confirmé l’armée de l’Air à l’AFP.

Les neuf Alphajet de la prestigieuse Patrouille de France avaient à leur bord samedi trois blessés de guerre issus des Forces spéciales.

Autre anicroche

Deux motards de la gendarmerie se sont percutés à faible vitesse et ont chuté devant la tribune officielle.

Les deux gendarmes exécutaient des figures dans le cadre d’une chorégraphie d’ouverture du défilé mêlant motos, chevaux et militaires à pied.

Les militaires se sont rapidement relevés, sous l’œil du président Emmanuel Macron qui leur a adressé un sourire désolé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite