Couacs au défilé du 14 juillet: les avions mélangent les couleurs du drapeau français, collision entre motards (vidéos)

Le président Emmanuel Macron a ouvert samedi les festivités du 14 juillet en descendant les Champs-Elysées au côté de son chef d’état-major des Armées, avant le début du traditionnel défilé militaire donné en ce jour de fête nationale.

Durant le défilé millimétré, l’un des neuf Alphajet de la Patrouille de France a lâché un fumigène rouge et non bleu comme prévu.

L’erreur a quelque peu perturbé l’allure de la spectaculaire traînée bleu-blanc-rouge aux couleurs du drapeau français dans le ciel parisien, image emblématique du défilé.

Contrairement à une rumeur circulant sur les réseaux sociaux, cette touche supplémentaire de rouge n’était pas un hommage au sang versé des morts et blessés, mais bien une erreur, a confirmé l’armée de l’Air à l’AFP.

Les neuf Alphajet de la prestigieuse Patrouille de France avaient à leur bord samedi trois blessés de guerre issus des Forces spéciales.

Autre anicroche

Deux motards de la gendarmerie se sont percutés à faible vitesse et ont chuté devant la tribune officielle.

Les deux gendarmes exécutaient des figures dans le cadre d’une chorégraphie d’ouverture du défilé mêlant motos, chevaux et militaires à pied.

Les militaires se sont rapidement relevés, sous l’œil du président Emmanuel Macron qui leur a adressé un sourire désolé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ahmed Laaouej est le nouveau patron du PS bruxellois, il a battu de justesse Rachid Madrane. © Hatim Kaghat, Belga.

    Ahmed Laaouej patron d’un PS bruxellois déchiré

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Rapatriement de djihadistes belges: «Aucune décision allant dans ce sens» n’est parvenue aux autorités

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite