Après le Mondial, voici les prochaines échéances des Diables

Après le Mondial, voici les prochaines échéances des Diables

Dès septembre, la Nations League prendra place au calendrier. C’est une compétition organisée par l’UEFA, qui a pour but de remplacer et redynamiser les matchs amicaux, et qui aura lieu tous les deux ans. S’il ne s’agit pas d’une compétition officielle en tant que telle, il y a quand même un certain enjeu puisqu’elle donne la possibilité d’un rattrapage pour se qualifier pour l’Euro.

Le calendrier des Diables

Mardi 11 septembre à 20h45 : Islande - Belgique

Vendredi 12 octobre à 20h45 : Belgique-Suisse

Jeudi 15 novembre à 20h45 : Belgique - Islande

Dimanche 18 novembre à 20h45 : Suisse Belgique

Comment ça marche ?

Les douze équipes de la Ligue A ont été réparties en quatre groupes de trois. Le vainqueur de chaque groupe jouera la phase finale de la Ligue des Nations, sous forme de ’final four’ (demi-finales, match pour la troisième place et finale), en juin 2019. Le pays organisateur sera désigné en décembre 2018 parmi les équipes qualifiées pour cette phase finale. Les quatre équipes qui terminent à la dernière place de leur groupe seront reléguées dans la ligue inférieure pour l’édition 2020. Leurs places seront prises par les quatre vainqueurs de groupe de la Ligue B.

La Ligue des Nations met également en jeu quatre places pour l’Euro 2020. A l’issue des qualifications à l’Euro, pour chaque ligue, les quatre premières équipes qui ne seront pas qualifiées pour la phase finale du championnat participeront aux barrages, en mars 2020. Une place par ligue sera à prendre pour la phase finale.

Les différents groupes

Ligue A

Groupe 1 : Allemagne, France, Pays-Bas

Groupe 2 : Belgique, Suisse, Islande

Groupe 3 : Portugal, Italie, Pologne

Groupe 4 : Espagne, Angleterre, Croatie

Ligue B

Groupe 1 : Slovaquie, Ukraine, République tchèque

Groupe 2 : Russie, Suède, Turquie

Groupe 3 : Autriche, Bosnie-Herzégovine, Irlande du Nord

Groupe 4 : Pays de Galles, République d’Irlande, Danemark

Ligue C

Groupe 1: Ecosse, Albanie, Israël

Groupe 2 : Hongrie, Grèce, Finlande, Estonie

Groupe 3: Slovénie, Norvège, Bulgarie, Chypre

Groupe 4: Roumanie, Serbie, Monténégro, Lituanie

Ligue D

Groupe 1: Géorgie, Lettonie, Kazakhstan, Andorre

Groupe 2: Belarus, Luxembourg, Moldavie, Saint-Marin

Groupe 3: Azerbaïdjan, Îles Féroé, Malte, Kosovo

Groupe 4: Macédoine, Arménie, Liechtenstein, Gibraltar

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite