Roberto Martinez, après la troisième place des Diables: «Ce résultat est une grande réussite pour mes joueurs»

Roberto Martinez, après la troisième place des Diables: «Ce résultat est une grande réussite pour mes joueurs»

« C’est un accomplissement », a déclaré Roberto Martinez au coup de sifflet finale de la petite finale du Mondial 2018 de football. Elle a été remportée par ses Diables Rouges 2-0 aux dépens de l’Angleterre, samedi après-midi à Saint-Pétersbourg. « Les joueurs le méritent », après avoir réussi le meilleur résultat de l’histoire de la Belgique en Coupe du monde. « Le talent était là, mais ces joueurs ne voulaient pas se reposer sur leur seul talent mais travailler comme une équipe, prêts à tout faire pour réaliser un résultat. Ils voulaient rendre tous les supporters belges fiers. »

« On a démarré le match de manière très déterminée, ensuite il y a eu de la fatigue et un peu de manque de concentration. L’Angleterre est une très bonne équipe. Un autre jour, ils auraient marqué quatre ou cinq buts. Ils ont eu beaucoup d’occasions. Garder un « clean sheet » a nécessité de la concentration et montré le désir des joueurs. »

« Notre bilan parle pour lui-même. Nous avons dix buteurs différents. On rejoint dans l’histoire de la Coupe du monde la France et l’Italie. L’héritage (de ce Mondial, ndlr) va rester pendant de très nombreuses années. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite