Accueil Sports Cyclisme Tour de France

Yves Lampaert après sa 3e place à la 9e étape du Tour de France: «Je ne dois pas être déçu mais satisfait de ma prestation»

Yves Lampaert a lancé les hostilités lors de l’avant-dernier secteur pavé de la journée, à Camphin-en-Pévèle, et s’est ainsi retrouvé en position de disputer la victoire d’étape en compagnie de Greg Van Avermaet et de John Degenkolb. Le champion de Belgique a finalement terminé troisième.

Temps de lecture: 2 min

Un résultat qui ne frustre pas Yves Lampaert. « Evidemment, c’est toujours dommage de ne pas gagner. Mais quand on voit les deux champions auxquels j’ai dû me mesurer, je ne dois pas être déçu mais satisfait de ma prestation. Je savais qu’au sprint, j’avais moins de chances que mes deux compagnons d’échappée. J’y croyais mais ils ont été plus rapides. Peut-être aurais-je dû attaquer sur la fin, ce que je fais souvent mais je n’avais plus les jambes pour le faire cette fois-ci. J’ai bien pensé à la victoire mais quand j’ai vu qui j’avais dans ma roue, j’ai compris que ce serait difficile. »

L’étape était longue de 156,5 km. « Et ce n’était certainement pas une course facile. Je m’attendais à ce que ce soit un brin plus évident mais il ne faut pas sous-estimer la valeur de Nibali ou Valverde sur pavés. La chaleur et la poussière n’ont pas facilité les choses. J’ai dû changer de vélo, aussi, en raison d’un bris de roue mais j’ai pu revenir facilement et j’ai tout de suite senti que j’en avais encore sous la pédale. J’ai bien réfléchi où placer mon attaque. Finalement, j’ai fait la différence à Camphin-en-Pévèle. J’ai roulé fort et j’ai tout donné. J’ai alors vu que nous avions une dizaine de secondes d’avance sur le peloton. Greg et John ont tout de suite bien collaboré et c’était super. Nous avons pu aller au bout. Toute la journée, j’ai travaillé pour l’équipe, j’ai alors décidé de jouer ma carte personnelle. Non, je n’ai pas conclu d’accord avec Greg. Nous avons roulé à fond jusqu’à la ligne. »

« J’ai fait honneur à mon maillot tricolore. C’était quelque chose de rouler avec ce maillot sur les pavés. L’ambiance mise par les supporters, les amis et la famille, c’était phénoménal ! Pour ma part, ils peuvent mettre une étape comme cela au programme du Tour tous les ans. Le vainqueur du Tour doit pouvoir tout faire : être bon en montagne, au contre-la-montre, dans les étapes classiques. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tour de France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb