Des membres du gouvernement autrichien accusent Jean-Claude Juncker «d’ébriété» et demandent sa démission

©Belga
©Belga

Les images du sommet de l’Otan montrant la semaine dernière un Jean-Claude Juncker chancelant ont agité ce week-end la politique en Autriche, dont le gouvernement préside actuellement le Conseil de l’Union européenne. Son aile d’extrême-droite est allée jusqu’à réclamer la démission du président de la Commission européenne en l’accusant d’ébriété.

Ne prêtant pas foi à l’explication de la Commission européenne qui avait attribué à une douloureuse sciatique la démarche hésitante de M. Juncker – le chef de la Commission avait dû être soutenu par des dirigeants –, le secrétaire général du FPÖ, l’eurodéputé Harald Vilimsky, n’a pas hésité à parler d’« un certain nombre de problèmes d’alcool évidents » qui «  ont généré plusieurs vidéos embarrassantes », selon la presse autrichienne.

Interrogée lundi, la Commission européenne a balayé la demande de démission en soulignant que son interlocuteur était «  le gouvernement autrichien, pas des éléments qui le composent ». Le porte-parole de la Commission a rappelé que M. Juncker bénéficiait de la confiance du Parlement et du Conseil, et que l’exécutif avait eu dernièrement une réunion fructueuse avec le gouvernement de M. Kurz.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le gouvernement modifié peut-il continuer à travailler sans demander la confiance du parlement
?

    Crise gouvernementale: la coalition orange bleue est-elle légitime?

  2. ©EPA

    Crise gouvernementale: l’Orange bleue attendue au tournant au Parlement

  3. FRANCE-PROTESTS_MACRON-SPEECH (7)

    Gilets jaunes: Macron décrète l’état d’urgence social

Chroniques
  • La mélancolie de Monsieur Loyal

    Et si, une fois de plus, le président Macron se trompait ? Si ce n’était pas l’augmentation des taxes sur le carburant, la stagnation du SMIC ou les « cadeaux aux riches » qui faisaient descendre les Français dans les rues ? Si l’explication était ailleurs ? Les Français ont quitté leurs salons et leurs écrans, tout simplement parce qu’ils s’emmerdent.

    Les mêmes films et les mêmes séries à la télé, entrecoupées des mêmes bêtes pubs, les programmes stupides sur You Tube, recettes de cuisine, maquillage et ados filmant en temps réel leur quotidien banal à mourir. Assez ! Plus rien ne les amuse. Et surtout pas la politique qu’ils adoraient contempler quand elle ressemblait au théâtre de Guignol. Poum ! Pim ! Paf !

    Où est passé le politico-comique ?

    Depuis l’arrivée au pouvoir de la République en Marche, les affaires publiques sont devenues plus soporifiques qu’un bouquin de François Hollande. Le gouvernement est terne, l...

    Lire la suite

  • Les valeurs, une fracture belge sans précédent

    Charles Michel s’est grandi ce week-end : il a choisi le bon côté du monde et des valeurs.

    On dira qu’il était acculé à trancher par le jeu de la N-VA, par l’opposition et même par les partis flamands de sa propre majorité, sidérés par son « J’irai à Marrakech à titre personnel ». On dira qu’il a tout fait pour éviter de faire la clarté dans une crise née de calculs purement électoralistes.

    ...

    Lire la suite