Accueil Belgique Politique

Budget: plus d’efforts sous Charles Michel que sous Di Rupo

Le gouvernement Di Rupo en aurait-il fait plus pour mettre de l’ordre dans nos finances publiques ? Les chiffres démentent la critique, mais tous les observateurs ne sont pas tendres avec les choix budgétaires et fiscaux de la suédoise.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

Des efforts, toujours des efforts ! D’un contrôle budgétaire de printemps à la confection du budget de l’année suivante, le gouvernement fédéral est sans cesse à la recherche de nouveaux milliards. Ainsi, pour boucler le budget 2018, l’effort additionnel requis atteint 2,6 milliards d’euros ; mais c’est un minimum, car l’addition pourrait être plus élevée, comme l’a souligné le comité de monitoring dans son dernier rapport rendu public mercredi passé.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Björn Deckers, mardi 17 juillet 2018, 21:26

    André Jean-Paul, votre commentaire est pour le moins léger. La politique budgétaire d'un gouvernement ne saurait tenir au seul ministre du budget, c'est insensé, un commentaire pareil. Ce qu'il faut retenir de l'article, c'est que la coalition emmenée par Elio Di Rupo et composée des libéraux, des socialistes et des centristes-catholiques avait clairement entamé le travail d'assainissement budgétaire en maitenant bien plus la cohésion sociale que le gouvernement actuel. Ce qu'il faut retenir aussi, entre les lignes, c'est un tax-shift sous financé qui va coûter de plus en plus, mais chut, on maquillera les chiffres... jusqu'en juin 2019. Il ne faudrait pas que l'électeur s'aperçoive de la supercherie. Il aura sa nouvelle dringuelle sur la fiche de paie dès janvier, et la note pour le budget de l'automne 2019 qui commencera donc par une douche froide! Là est bien la différence entre les deux gouvernements, le premier (Di Rupo) tentait de réduire les déficit sans faire de cadeaux inconsidérés, les seconds (gouvernement Michel) prétendent sans rire pouvoir assainir les finances en jetant les milliards par les fenêtres. Et Bart de jouer bientôt les amnésiques sur la goed bestuur promise. Quelle blague!

  • Posté par André Jean-paul, mardi 17 juillet 2018, 11:02

    Le Ministre du Budget sous Di rupo était Olivier Chastel (MR) et la Ministre actuelle est Sophie Wilmes (MR), donc comparer les deux gouvernements est assez ridicule ... la ligne politique est la même (juste freinée par le PS sous Di rupo).

  • Posté par Reginster Jean-luc , mardi 17 juillet 2018, 10:17

    Comme d'habitude, il y a à boire et à manger dans ce qu'expliquent les économistes. Il est évident que le gouvernement Di Rupo a fourni un gros effort budgétaire, poursuivi et renforcé par le gouvernement Michel. Mais les accents ont été quelque peu différents ( la suédoise a plus taillé dans les dépenses en allégeant certains impôts, choix politiques obligent ), d'autant que le "gras" dans lequel le premier a pu couper n'existait plus pour le second. Quand on arrive à l'os, les efforts sont toujours plus douloureux. La réalité, c'est que la suédoise a été bien moins à droite que les hurlements de l'opposition et l'agitation syndicale ont tenté de le faire croire ( demandez l'avis des contribuables dont le précompte mobilier a subi des hausses successives de taux ) tandis que le gouvernement Di Rupo n' a jamais pratiqué une politique économique de gauche au sens habituel du terme.

  • Posté par Serge Vandeput, mardi 17 juillet 2018, 12:34

    Avec 55% du PIB qui part sous forme de taxes vers le gvt, il n'y a qu'une solution, réduire les dépenses.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs