Accueil Société

Les Belges favorables au paquet de cigarettes neutre

La moitié des fumeurs sont favorables au paquet de cigarettes rendu anonyme, sans logo et couvert d’images dissuasives. Jugée prioritaire, la mesure se fait pourtant attendre.

Temps de lecture: 3 min

La majorité des Belges et un fumeur sur deux sont favorables au paquet de cigarettes neutre, sans logo et couvert d’images dissuasives, selon un sondage commandé par la Fondation contre le cancer. Son instauration, au programme de la ministre de la Santé publique Maggie De Block (VLD), doit être validée avant le 21 juillet, sous peine d’être reportée à la prochaine législature.

Des paquets de cigarettes standardisés, de même couleur, sans marque, bref neutres et peu attractifs. Des paquets exhibant des images chocs assorties de messages tous plus dissuasifs les uns que les autres : « Fumer nuit à vos poumons », « Votre fumée est dangereuse pour vos enfants, votre famille et vos amis », « Fumer provoque des AVC et des handicaps ». C’est une réalité en France depuis janvier 2017, comme dans une poignée de pays précurseurs (Australie, Royaume-Uni, Hongrie), mais toujours pas en Belgique. La ministre de la Santé publique Maggie De Block a pourtant fait de l’adoption du paquet neutre un des points clés de son programme antitabac présenté en avril 2016. Mais le dossier s’enlise : si l’arrêté ministériel de Maggie De Block ne voit pas le jour avant les vacances parlementaires, le 21 juillet, il risque de ne pas être possible de concrétiser la mesure avant la fin de la législature.

Pour le paquet neutre obligatoire

Pourtant, selon un sondage en ligne réalisé au mois de mars par l’institut de sondage GfK à la demande de la Fondation contre le cancer, auprès de 3.500 Belges âgés de 15 à 75 ans, la majorité des Belges est favorable à l’instauration de cette mesure. 61 % des sondés pensent que le paquet neutre devrait être obligatoire, alors que 23 % sont contre et 16 % sans avis sur la question. Il a donc presque trois fois plus de partisans que de détracteurs, ce que souligne la Fondation contre le cancer qui défend vivement la mesure. Le sondage révèle aussi que 69 % des sondés sont pour l’interdiction de la publicité pour les cigarettes dans les lieux de vente, ce que Maggie De Block n’intégrait pas à son plan antitabac en 2016.

Cette mesure doit entraîner une diminution de la consommation de cigarettes dans une perspective sanitaire, en sensibilisant mieux les consommateurs de tabac et en sapant le pouvoir incitatif du marketing qui entoure la vente de tabac. Comme la docteur Anne Boucquiau, manager des experts et porte-parole de la Fondation contre le cancer, le rappelait au mois de mai dans l’émission « C’est vous qui le dites » sur Vivacité, « c’est une mesure qui a déjà été introduite il y a plusieurs années. Le précurseur est l’Australie où elle a été introduite en 2012 et on sait que la consommation de tabac a diminué dans ce pays puisque, entre 2012 et 2015, une diminution de 3 % de fumeurs a été notée. Donc, c’est tout à fait remarquable ».

Cette lecture ne fait pas l’unanimité cependant. Un an après le lancement du paquet neutre en France, les ventes de cigarettes n’ont reculé que de 0,7 %, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Cela sachant que le prix du paquet de cigarettes a augmenté de 30 centimes dans le même temps et le prix du tabac de 10 centimes. L’impact est donc bien moins important que ce qui était initialement attendu.

Au cabinet De Block, on affirmait hier soir que le paquet neutre n’est pas reporté. La mesure est toujours en discussion au sein de la majorité. Maggie De Block lui est favorable et espère toujours qu’elle aboutira sous cette législature. « Le but, c’est d’aboutir. Même s’il reste des discussions », a commenté la porte-parole de la ministre de la Santé.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko