Les Belges favorables au paquet de cigarettes neutre

Les paquets de cigarettes neutres permettent-ils de lutter contre la tabagie
? La Fondation contre le cancer le croit. Mais elle craint que la mesure ne soit reportée à la prochaine législature.
Les paquets de cigarettes neutres permettent-ils de lutter contre la tabagie ? La Fondation contre le cancer le croit. Mais elle craint que la mesure ne soit reportée à la prochaine législature. - Photo News

La majorité des Belges et un fumeur sur deux sont favorables au paquet de cigarettes neutre, sans logo et couvert d’images dissuasives, selon un sondage commandé par la Fondation contre le cancer. Son instauration, au programme de la ministre de la Santé publique Maggie De Block (VLD), doit être validée avant le 21 juillet, sous peine d’être reportée à la prochaine législature.

Des paquets de cigarettes standardisés, de même couleur, sans marque, bref neutres et peu attractifs. Des paquets exhibant des images chocs assorties de messages tous plus dissuasifs les uns que les autres : « Fumer nuit à vos poumons », « Votre fumée est dangereuse pour vos enfants, votre famille et vos amis », « Fumer provoque des AVC et des handicaps ». C’est une réalité en France depuis janvier 2017, comme dans une poignée de pays précurseurs (Australie, Royaume-Uni, Hongrie), mais toujours pas en Belgique. La ministre de la Santé publique Maggie De Block a pourtant fait de l’adoption du paquet neutre un des points clés de son programme antitabac présenté en avril 2016. Mais le dossier s’enlise : si l’arrêté ministériel de Maggie De Block ne voit pas le jour avant les vacances parlementaires, le 21 juillet, il risque de ne pas être possible de concrétiser la mesure avant la fin de la législature.

Pour le paquet neutre obligatoire

Pourtant, selon un sondage en ligne réalisé au mois de mars par l’institut de sondage GfK à la demande de la Fondation contre le cancer, auprès de 3.500 Belges âgés de 15 à 75 ans, la majorité des Belges est favorable à l’instauration de cette mesure. 61 % des sondés pensent que le paquet neutre devrait être obligatoire, alors que 23 % sont contre et 16 % sans avis sur la question. Il a donc presque trois fois plus de partisans que de détracteurs, ce que souligne la Fondation contre le cancer qui défend vivement la mesure. Le sondage révèle aussi que 69 % des sondés sont pour l’interdiction de la publicité pour les cigarettes dans les lieux de vente, ce que Maggie De Block n’intégrait pas à son plan antitabac en 2016.

Cette mesure doit entraîner une diminution de la consommation de cigarettes dans une perspective sanitaire, en sensibilisant mieux les consommateurs de tabac et en sapant le pouvoir incitatif du marketing qui entoure la vente de tabac. Comme la docteur Anne Boucquiau, manager des experts et porte-parole de la Fondation contre le cancer, le rappelait au mois de mai dans l’émission « C’est vous qui le dites » sur Vivacité, « c’est une mesure qui a déjà été introduite il y a plusieurs années. Le précurseur est l’Australie où elle a été introduite en 2012 et on sait que la consommation de tabac a diminué dans ce pays puisque, entre 2012 et 2015, une diminution de 3 % de fumeurs a été notée. Donc, c’est tout à fait remarquable ».

Cette lecture ne fait pas l’unanimité cependant. Un an après le lancement du paquet neutre en France, les ventes de cigarettes n’ont reculé que de 0,7 %, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Cela sachant que le prix du paquet de cigarettes a augmenté de 30 centimes dans le même temps et le prix du tabac de 10 centimes. L’impact est donc bien moins important que ce qui était initialement attendu.

Au cabinet De Block, on affirmait hier soir que le paquet neutre n’est pas reporté. La mesure est toujours en discussion au sein de la majorité. Maggie De Block lui est favorable et espère toujours qu’elle aboutira sous cette législature. « Le but, c’est d’aboutir. Même s’il reste des discussions », a commenté la porte-parole de la ministre de la Santé.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Sondage|Produits du tabac|Santé publique|France|Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Red Lions ont bien fêté ce titre.

    Marc Coudron, président de la fédération belge de hockey: «Réaliser le grand chelem serait merveilleux»

  2. Olivier Maingain (Défi).

    Olivier Maingain au «Soir»: «J’invite les partis francophones à mettre hors-jeu la N-VA»

  3. Daryl Davis collectionne les tuniques et cagoules, données par des repentis  du Klan, avec l’idée d’ouvrir un jour  un musée.

    «Comment pouvez-vous me haïr?»: rencontre avec l’homme qui murmure à l’oreille du KKK

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite