Les supermarchés pourront vendre des équipements d’aide médicale

© D.R.
© D.R.

Les supermarchés et autres magasins pourront vendre des équipements d’aide médicale, comme des pansements stériles et des autotests. La ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) a l’intention de présenter un arrêté royal en ce sens, rapportent les journaux de Mediahuis mardi.

La vente des médicaments reste en Belgique un droit exclusif des pharmaciens, mais un changement est en vue pour les dispositifs d’aide médicale. L’interdiction de vendre entre autres des pansements stériles, des prothèses, des gouttes nasales et des autotests dans les magasins et autres supermarchés va à l’encontre de la libre circulation des biens selon les règles européennes.

L’Ordre des pharmaciens n’a pas encore de position officielle sur la décision, mais son président Gert Laekeman, qui s’exprime à titre personnel, demeure sceptique. « L’UE se base sur la libre circulation des biens d’un point de vue économique. Mais les pharmaciens ont prêté serment en plaçant l’intérêt médical du patient au premier plan », affirme-t-il dans la Gazet van Antwerpen. «  Qui vend des équipements d’aide médicale doit le faire dans une optique de soin. J’espère que des mesures de sécurité seront comprises dans l’arrêté », ajoute-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite