Accueil Monde États-Unis

«Trahison», «humiliation»: la presse américaine sous le choc après le sommet Trump-Poutine

Les médias n’ont pu retenir leurs critiques. Même Fox News a trouvé la prestation du président « ridicule ».

Journaliste au service Web Temps de lecture: 3 min

Donald Trump a obstinément refusé lundi de condamner Moscou pour l’ingérence dans la campagne présidentielle américaine lors d’un sommet à Helsinki avec Vladimir Poutine, semblant mettre sur le même plan les accusations des principales agences de renseignement américaines en ce sens et les dénégations de Vladimir Poutine. Les propos du président américain ont suscité un tollé à Washington.

Même la chaîne Fox News, connue pour être très conciliante avec Trump, a lancé de nombreuses critiques. « Aucune négociation ne justifie de sacrifier son propre peuple et pays », a tweeté Abby Huntsman, co-présentatrice de « Fox & Friends », l’émission préférée du président.

Et elle n’est pas la seule. Un autre journaliste de Fox & Friends, Brian Kimleade a qualifié de « ridicule » le tweet de Trump sur la « stupidité » des États-Unis dans leur relation avec les Russes, tandis que Neil Cavuto de Fox Business a trouvé l’intervention de Trump « dégoûtante ».

Un autre correspondant business, Charles Gasparino, va même encore plus loin : « Vous devez vous demander pourquoi Trump lèche lamentablement le c** de Poutine, à moins qu’il lui soit reconnaissant ou que Poutine ait un dossier sur Trump ».

Pour ne citer encore qu’un exemple, Trish Regan, également de Fox Business estime que la prestation du président était « traître à la patrie » et « horrible ». « Il aurait dû nous défendre », a-t-elle même déclaré à l’antenne.

Les analyses sur le site de la chaîne ne sont pas plus élogieuses. « Plutôt que de s’opposer à Poutine, Trump a proposé de coopérer avec la Russie sur les problèmes qu’elle a elle-même créés. C’est comme demander à un criminel d’enquêter sur ses propres crimes ». Et d’ajouter encore : « Qu’un président américain dise publiquement qu’il croit davantage un chef d’État étranger plutôt que son service de renseignement est choquant et répréhensible. À une époque où notre démocratie fait face à de grosses menaces, il est profondément troublant qu’un président se rallie au pays qui pourrait nous attaquer ». Selon NBC News, il s’agit là du plus grand nombre de critiques venant de Fox News à l’égard du président depuis son élection.

Tentative d’explication

Sans surprise, le reste de la presse américaine n’a pas été beaucoup plus élogieuse. CNN qualifie ce sommet de « moment le plus stupéfiant d’un président où l’effarement est chose commune » et reproche au président son « incapacité complète à voir au-delà de son propre intérêt ». La chaîne tente d’expliquer les propos de Trump : « Dans sa tête, toute conversation autour de l’ingérence russe est une tentative de diminuer sa ‘brillante campagne’ lors des élections de 2016 et d’invalider sa victoire. (…) Trump est président. Il a gagné. Point ».

Le New York Times émet d’autres hypothèses : « soit Donald Trump travaille pour le renseignement russe, soit il aime jouer ce personnage à la télévision ». Il est temps d’agir : « Mes compatriotes américains, nous avons un problème et nous avons des décisions importantes à prendre aujourd’hui. C’était un moment historique dans l’histoire entière des États-Unis ».

Pour le Washington Post, la situation est encore pire. « Trump vient de conspirer avec la Russie. Publiquement », écrit le journal, qui titre « le sommet Trump-Poutine, une humiliation américaine ». « Ce n’est pas normal. Les présidents américains défendent les valeurs et les intérêts américains sur la scène mondiale. Ce lundi, Trump nous a trahis », conclut le Post, qui invite même les collaborateurs du président à démissionner : « Sauvez vos âmes. Sauvez votre honneur ou ce qu’il en reste ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Van Wemmel Thierry, mardi 17 juillet 2018, 20:04

    De toutes les analyses, je pense que c'est CNN qui est le plus proche de la vérité. A cela bien sûr, il faut ajouter le propos de Poutine alors que Trump n'était encore que candidat et auquel Trump avait déjà répondu favorablement. Par contre, il y a quelque chose de vrai dans les critiques qu'il émet. Si on lui avait foutu la paix dès le début, il aurait probablement été un meilleur président, mais comme il s'était déjà brouillé avec tout le monde (ce dont il a l'habitude je pense), ses ennemis ne se sont pas privés de lui mettre la pression (et ça, il n'en n'avait pas l'habitude car dans ses sociétés, ils devaient probablement virer tout ceux qui le dérangeait). Maintenant, il est allé au bout de la provocation, je me demande comment il va pouvoir renchérir sans commettre vraiment le pas de trop.

  • Posté par Vanhaelen Christine, mardi 17 juillet 2018, 17:29

    Traduction un peu plus... claire de l'intervention de Charles Gasparino : "À se demander pourquoi Trump embrasse si misérablement le c** de Poutine… à moins bien sûr qu’il pense lui devoir quelque chose, ou soupçonne Poutine d’avoir un dossier contre lui"

  • Posté par Michel Raurif, mardi 17 juillet 2018, 16:20

    Comment un pays ayant un taux aussi élevé d’intellectuels aie pu élire un individu pareille,cela me dépasse ! De plus, ils seront capables de le ré -élire en 2020 ! Après avoir fait de telle déclarations ,l'ensemble des députés et sénateurs devraient entamer une procédure de destitution à son égard ! Quand on pense à Clinton, qui, lui a frôler la destitution,on peut se poser des questions. Et lui c'était pour un pipe !!!

  • Posté par Philippe Petrussa, mardi 17 juillet 2018, 16:12

    La Russie a le novitchok. L'Amérique a l'agent Orange (Lire DT).

  • Posté par Poels Jean-pierre, mardi 17 juillet 2018, 13:56

    Le 4em pouvoir, la Presse LIBRE !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une