L’idée d’une loi sur les «fake news» balayée par la Belgique

L’idée d’une loi sur les «fake news» balayée par la Belgique

Faut-il oui ou non légiférer contre les fake news. La question se pose à tous les étages de la maison Europe. Dans son rapport publié le 12 mars dernier, la Commission a déjà tranché.

Le groupe d’experts à la base des travaux balayait l’idée d’une « loi », prônait l’auto-régulation. Et dans la foulée, épargnait le rôle des plates-formes comme Facebook ou YouTube dans la prolifération des fake news tout en les invitant à « garantir la transparence » sur la façon dont leurs algorithmes sélectionnent les informations présentées aux internautes.

Compromis

Un compromis qui s’apparentait au plus petit dénominateur commun tant les sensibilités et les avis sur le sujet varient. « Il n’y a pas de place pour une instance qui s’érigerait en détenteur de la vérité » avait plaidé Mariya Gabriel, Commissaire européenne à l’Économie numérique. Entre-temps, l’Allemagne a pris le pli d’adopter une loi (avec amendes à la clé pour les Gafa) ; tandis qu’en France, deux projets de loi controversés contre « la manipulation de l’information » en période électorale sont actuellement en discussion au Parlement.

Quid de la Belgique ? Début de réponse dans un rapport final publié ce mercredi par le « Groupe d’experts belge sur les fausses informations et la désinformation ». Mis en place le 2 mai dernier par Alexander De Croo, ce comité réunit 7 spécialistes d’horizons divers (francophones, flamands, académiques, journalistes…). Leur verdict est clair, et en droite ligne des recommandations européennes : non.

► L’article en entier à lire sur le Soir + : Faire de la Belgique un « laboratoire anti-fake news »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite