L’idée d’une loi sur les «fake news» balayée par la Belgique

L’idée d’une loi sur les «fake news» balayée par la Belgique

Faut-il oui ou non légiférer contre les fake news. La question se pose à tous les étages de la maison Europe. Dans son rapport publié le 12 mars dernier, la Commission a déjà tranché.

Le groupe d’experts à la base des travaux balayait l’idée d’une « loi », prônait l’auto-régulation. Et dans la foulée, épargnait le rôle des plates-formes comme Facebook ou YouTube dans la prolifération des fake news tout en les invitant à « garantir la transparence » sur la façon dont leurs algorithmes sélectionnent les informations présentées aux internautes.

Compromis

Un compromis qui s’apparentait au plus petit dénominateur commun tant les sensibilités et les avis sur le sujet varient. « Il n’y a pas de place pour une instance qui s’érigerait en détenteur de la vérité » avait plaidé Mariya Gabriel, Commissaire européenne à l’Économie numérique. Entre-temps, l’Allemagne a pris le pli d’adopter une loi (avec amendes à la clé pour les Gafa) ; tandis qu’en France, deux projets de loi controversés contre « la manipulation de l’information » en période électorale sont actuellement en discussion au Parlement.

Quid de la Belgique ? Début de réponse dans un rapport final publié ce mercredi par le « Groupe d’experts belge sur les fausses informations et la désinformation ». Mis en place le 2 mai dernier par Alexander De Croo, ce comité réunit 7 spécialistes d’horizons divers (francophones, flamands, académiques, journalistes…). Leur verdict est clair, et en droite ligne des recommandations européennes : non.

► L’article en entier à lire sur le Soir + : Faire de la Belgique un « laboratoire anti-fake news »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Amende|Lois et règlements|France
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite