Accueil Sports Cyclisme Tour de France

Serge Pauwels admet qu’«Alaphilippe était le plus fort» dans la 10e étape du Tour de France

Le Belge a fini cinquième de cette 10e étape qui est particulière pour lui.

Vidéo - Temps de lecture: 3 min

Le Belge Serge Pauwels, du team Dimension Data, a pris part mardi à l’échappée de la 10e étape du Tour de France, et a également bien terminé, en 5e position. Il dit ne pas être mécontent de ce résultat. Julian Alaphilippe, vainqueur de l’étape, « était simplement beaucoup plus fort, je ne peux pas être déçu », a précisé Pauwels à l’issue de la course.

« J’avais pointé cette étape, en premier lieu, sur ce Tour », a tout de même admis le coureur de 34 ans. « En 1994, j’étais en vacances ici quand le Tour est passé, je me souviens encore exactement du virage où nous étions, et j’ai alors vu pour la première fois le Tour en vrai. Indurain roulait en jaune, c’est un très beau souvenir. C’est là que la flamme du cyclisme s’est allumée chez moi. Aujourd’hui, j’étais avec le porteur du maillot jaune dans l’échappée, c’est quand même particulier. »

Une bataille à l’usure

« Je sais désormais un peu comment cela se passe dans le Tour », explique Serge Pauwels. « C’est mon moment de l’année. Cette étape était idéale pour ceux qui attaquent, le genre d’étapes que j’apprécie, mais je sais aussi que beaucoup d’autres avaient pointé cette étape. J’avais misé sur le fait que personne ne s’échapperait en début d’étape, autour du lac d’Annecy, ce qui s’est vérifié. Sur la première ascension, je m’étais placé bien à l’avant et j’ai senti que ça pouvait arriver. Ensuite, c’était une bataille pour se défaire. J’ai même jeté mes deux bidons pour ne pas porter un poids inutile. Je voulais vraiment partir aussi, j’ai réussi et j’étais alors avec un bon groupe de coureurs, qui s’est réduit col après col. Une bataille à l’usure, j’aime bien ça. Les trois premières heures étaient déjà très pénibles, donc le côté explosif allait manquer à beaucoup dans le final, un moment auquel je me débrouille normalement plutôt bien. Les deux derniers cols, c’est un long effort d’une heure, un effort pour lequel je me suis spécifiquement préparé. »

« Alaphilippe était exceptionnel »

Malgré cette vision de l’étape, quelques coureurs semblaient plus forts, mardi. « Alaphilippe, c’est la classe », applaudit Pauwels. « Il était exceptionnel. Il avait ce ’punch’ à la fin, que je n’avais pas. Je savais qu’il serait difficile de le suivre quand il a attaqué, et cela s’est avéré correct. J’ai augmenté mon propre tempo et j’ai pu le maintenir plutôt bien, ceux qui étaient devant étaient simplement plus forts. »

Mercredi et jeudi, d’autres étapes alpines sont au programme. Est-ce que le Belge attaquera à nouveau ? « Je vais devoir bien récupérer ce soir », dit-il d’abord. « Je ne peux pas attaquer pendant trois jours d’affilée. Peut-être que je pourrais récupérer un peu mercredi, puis recommencer jeudi, dans l’étape vers l’Alpe d’Huez, qui est aussi une belle étape. »

Après l’arrivée, Serge Pauwels a immédiatement rejoint son épouse Ine et leurs deux filles, Odile et Marcelle. « Elles étaient déjà là les trois premiers jours, sur le Tour. Elles y sont aussi jusqu’à la fin du passage par les Alpes. J’espère encore pouvoir les emmener sur le podium, je ferai de mon mieux pour y arriver », conclut-il.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tour de France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb