Accueil Belgique Politique

Le Kazakhgate éclabousse PS, MR, VLD et CD&V

Le témoignage de Christine Defraigne devant l’Office central pour la répression de la corruption (OCRC) mouille tous les partis du gouvernement Leterme II : ils se partagent tous la responsabilité politique de la « transaction pénale ».

Article réservé aux abonnés
Grand reporter Temps de lecture: 4 min

Après avoir entendu ce mardi la présidente du Sénat Christine Defraigne (MR) au titre de témoin dans le dossier dit du « Kazakhgate », les enquêteurs de l’Office Central pour la Répression de la Corruption (OCRC) doivent se dire qu’ils sont bien loin des suspicions originelles de corruption ou trafic d’influence à charge d’un sénateur isolé, en l’occurrence le seul Armand De Decker (MR). Ce qui émerge de ce nouveau témoignage est une incroyable convergence d’incompétences législatives, de postures idéologiques et d’aberrations institutionnelles qui ne vont pas redorer l’image du monde politique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs