Accueil Belgique Politique

La Belgique se protège contre le piratage des élections

Le scrutin de 2019 pourrait faire l’objet de tentatives d’ingérence. Un plan pour éviter cyberattaques, fake news et influences est en cours d’élaboration.

Temps de lecture: 2 min

Sans viser un pays en particulier, le gouvernement fédéral prépare un plan en vue d’éviter toute ingérence ou manipulation du processus électoral. Sûreté de l’Etat, Renseignements militaires, Centre pour la cybersécurité… tous les services concernés sont impliqués dans son élaboration.

C’est que 2019 sera particulièrement sensible : le scrutin est important au niveau belge (régionales et législatives), mais aussi parce que le renouvellement du parlement européen peut lui aussi ouvrir l’appétit chez certains « influenceurs »…

À lire aussi Communales 2018: les politiques vont être briefés sur les risques d’ingérence russe

Outre les mesures de dépistages des messages fallacieux, des campagnes pourraient aussi être lancées à destination du grand public pour l’alerter contre les fausses informations ou tentatives d’influence du choix électoral.

Un volet tourné vers le grand public qui pourrait s’avérer fort judicieux. En effet, selon Alexandre Alaphilippe : « Il n’y a pas de solution miracle, technologique ». Le directeur de l’ONG EU DisinfoLab, spécialisée dans la lutte contre la désinformation, est clair : « La solution est mixte : technologique, mais aussi sociale.  »

► La portée du plan est large: cyberattaques en tous genres, y compris concernant le vote électronique, fake news, influence de l’opinion… Retrouvez toutes nos informations sur ce dossier sur Le Soir+

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une