La Belgique n’a jamais été aussi embouteillée

Le Belge n’a jamais passé autant de temps dans les embouteillages, selon le baromètre des files de Touring Mobilis pour les six premiers mois de 2018, relaté par La Dernière Heure mercredi.

Le nombre d’heures où la longueur totale des embouteillages est supérieure à 300 kilomètres a presque doublé entre 2017 et 2018 sur le territoire belge. Il est passé de 24,2 heures à 46,6 heures. Au-dessus des 350 et 400 kilomètres de files, la différence est encore plus grande.

«Les moments où le trafic connaît plus de 100 kilomètres de bouchons sur le réseau belge sont devenus plus fréquents  », augmentant de 24,7% par rapport à 2017, analyse Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring. «On peut donc parler ici d’une augmentation des embouteillages structurels.»

Une augmentation durant les heures creuses

Il ajoute que «contrairement à 2017, l’augmentation est frappante en 2018, surtout en journée durant les heures creuses», alors que les navetteurs cherchent à se rendre au travail en dehors des heures de pointe quand le réseau est saturé.

«La situation est de pire en pire. Surtout pour ceux qui ne peuvent faire autrement que de prendre la voiture. Ils partagent les routes avec ceux qui pourraient faire autrement, mais n’ont pas encore fait le pas», conclut Lorenzo Stefani.

Le baromètre tient uniquement compte des longueurs de files aux endroits où les vitesses enregistrées sont inférieures à 50 km/h.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite