La Belgique n’a jamais été aussi embouteillée

Le Belge n’a jamais passé autant de temps dans les embouteillages, selon le baromètre des files de Touring Mobilis pour les six premiers mois de 2018, relaté par La Dernière Heure mercredi.

Le nombre d’heures où la longueur totale des embouteillages est supérieure à 300 kilomètres a presque doublé entre 2017 et 2018 sur le territoire belge. Il est passé de 24,2 heures à 46,6 heures. Au-dessus des 350 et 400 kilomètres de files, la différence est encore plus grande.

«Les moments où le trafic connaît plus de 100 kilomètres de bouchons sur le réseau belge sont devenus plus fréquents  », augmentant de 24,7% par rapport à 2017, analyse Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring. «On peut donc parler ici d’une augmentation des embouteillages structurels.»

Une augmentation durant les heures creuses

Il ajoute que «contrairement à 2017, l’augmentation est frappante en 2018, surtout en journée durant les heures creuses», alors que les navetteurs cherchent à se rendre au travail en dehors des heures de pointe quand le réseau est saturé.

«La situation est de pire en pire. Surtout pour ceux qui ne peuvent faire autrement que de prendre la voiture. Ils partagent les routes avec ceux qui pourraient faire autrement, mais n’ont pas encore fait le pas», conclut Lorenzo Stefani.

Le baromètre tient uniquement compte des longueurs de files aux endroits où les vitesses enregistrées sont inférieures à 50 km/h.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite