L’Union européenne impose une amende record de 4,3 milliards d’euros à Google

La commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager © Reuters
La commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager © Reuters

La Commission européenne a infligé mercredi une amende record de 4,34 milliards d’euros à Google, a annoncé la commissaire en charge de la Concurrence, Margrethe Vestager. Cette sanction financière est destinée à punir l’entreprise américaine pour avoir abusé depuis 2011 de la position dominante de son système d’exploitation pour smartphone, Android, afin de maintenir sa suprématie dans la recherche en ligne.

L’exécutif européen a par ailleurs sommé le géant des services technologiques « de mettre fin à ses pratiques illégales dans les 90 jours, sous peine de se voir infliger des astreintes allant jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires journalier moyen mondial d’Alphabet », la société mère de Google.

Le dossier antitrust Android était dans le collimateur de la Commission depuis plusieurs années. Dans ses griefs adressés le 20 avril 2016 à Google, elle accusait premièrement le géant des services technologiques d’obliger les fabricants de smartphones, tels le coréen Samsung ou le chinois Huawei, à préinstaller « G

oogle Search » et à le paramétrer comme service de recherche par défaut, ou exclusif, sur la grande majorité des appareils sous Android vendus en Europe.

D’après l’exécutif européen, l’entreprise de la Silicon Valley a également empêché les fabricants de vendre des appareils mobiles intelligents fonctionnant sous des systèmes d’exploitation concurrents basés sur le code « open source » d’Android.

Par ailleurs, elle a accordé des incitations financières aux fabricants et aux opérateurs de réseaux mobiles à la condition qu’ils préinstallent en exclusivité Google Search sur leurs appareils.

Google en appel

« Ces pratiques ont privé les concurrents de Google de la possibilité d’innover et de lui livrer concurrence par leurs mérites. Elles ont privé les consommateurs européens des avantages d’une concurrence effective sur le marché important des appareils mobiles. Cette pratique est illégale au regard des règles de l’UE en matière de pratiques anticoncurrentielles », a déclaré Mme Vestager.

L’amende de 4,34 milliards d’euros infligée par la Commission tient compte de la durée et de la gravité de l’infraction. Conformément aux lignes directrices de l’exécutif européen pour le calcul des amendes, elle a été calculée sur la base de la valeur des recettes que Google réalise grâce aux services de publicité contextuelle sur les appareils Android dans l’espace économique européen.

Dans un communiqué, Google a d’ores et déjà annoncé qu’elle ferait appel de la décision prise par la Commission.

En juin 2017, l’exécutif européen avait déjà infligé une amende de 2,42 milliards d’euros à Google pour avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix « Google Shopping », au détriment de services concurrents.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des «people»

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite