L’Union européenne impose une amende record de 4,3 milliards d’euros à Google

La commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager © Reuters
La commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager © Reuters

La Commission européenne a infligé mercredi une amende record de 4,34 milliards d’euros à Google, a annoncé la commissaire en charge de la Concurrence, Margrethe Vestager. Cette sanction financière est destinée à punir l’entreprise américaine pour avoir abusé depuis 2011 de la position dominante de son système d’exploitation pour smartphone, Android, afin de maintenir sa suprématie dans la recherche en ligne.

L’exécutif européen a par ailleurs sommé le géant des services technologiques « de mettre fin à ses pratiques illégales dans les 90 jours, sous peine de se voir infliger des astreintes allant jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires journalier moyen mondial d’Alphabet », la société mère de Google.

Le dossier antitrust Android était dans le collimateur de la Commission depuis plusieurs années. Dans ses griefs adressés le 20 avril 2016 à Google, elle accusait premièrement le géant des services technologiques d’obliger les fabricants de smartphones, tels le coréen Samsung ou le chinois Huawei, à préinstaller « G

oogle Search » et à le paramétrer comme service de recherche par défaut, ou exclusif, sur la grande majorité des appareils sous Android vendus en Europe.

D’après l’exécutif européen, l’entreprise de la Silicon Valley a également empêché les fabricants de vendre des appareils mobiles intelligents fonctionnant sous des systèmes d’exploitation concurrents basés sur le code « open source » d’Android.

Par ailleurs, elle a accordé des incitations financières aux fabricants et aux opérateurs de réseaux mobiles à la condition qu’ils préinstallent en exclusivité Google Search sur leurs appareils.

Google en appel

« Ces pratiques ont privé les concurrents de Google de la possibilité d’innover et de lui livrer concurrence par leurs mérites. Elles ont privé les consommateurs européens des avantages d’une concurrence effective sur le marché important des appareils mobiles. Cette pratique est illégale au regard des règles de l’UE en matière de pratiques anticoncurrentielles », a déclaré Mme Vestager.

L’amende de 4,34 milliards d’euros infligée par la Commission tient compte de la durée et de la gravité de l’infraction. Conformément aux lignes directrices de l’exécutif européen pour le calcul des amendes, elle a été calculée sur la base de la valeur des recettes que Google réalise grâce aux services de publicité contextuelle sur les appareils Android dans l’espace économique européen.

Dans un communiqué, Google a d’ores et déjà annoncé qu’elle ferait appel de la décision prise par la Commission.

En juin 2017, l’exécutif européen avait déjà infligé une amende de 2,42 milliards d’euros à Google pour avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne en favorisant son comparateur de prix « Google Shopping », au détriment de services concurrents.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite