La SNCB a entamé 15.267 procédures judiciaires l’an passé pour des amendes impayées

Edition numérique des abonnés

La SNCB a entamé 15.267 procédures judiciaires en 2017 à l’encontre de voyageurs qui avaient commis des infractions la même année ou lors des années précédentes. Au total, le personnel d’accompagnement des trains a rédigé 395.421 constats d’irrégularités commises par des voyageurs, ressort-il d’une réponse du ministre de la Mobilité François Bellot à une question écrite de Kattrin Jadin (MR).

Les constats d’irrégularités par le personnel de la SNCB se fondent sur un arrêté royal du 20 décembre 2007, en attendant l’entrée en vigueur d’une loi instaurant des amendes administratives, votée le 29 mars dernier, explique M. Bellot.

Cet arrêté précise notamment que prendre place dans un train sans ticket de transport valable constitue un délit. Si la phase de recouvrement à l’amiable échoue, la SNCB doit dès lors réclamer la perception de la somme due devant le tribunal.

Conséquence : le traitement des dossiers prend du temps, souligne le ministre Bellot, qui s’attend à un traitement plus rapide et à un plus haut taux de recouvrement avec l’entrée en vigueur des sanctions administratives.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron, à la sortie de la réunion de crise.

    Fusillade à Strasbourg: Macron contre l’opposition et la théorie du complot

  2. Plusieurs communes de Wallonie touchées par le plan de réduction des boîtes aux lettres rouges voulu par Bpost se mobilisent pour tenter de les sauvegarder.

    Suppression de boîtes aux lettres: les communes se rebiffent

  3. Le coach national est content de la montée en puissance de son équipe.

    Shane McLeod, coach des Red Lions: «Les Allemands ont peur de nous affronter»

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: il faut que vous le sachiez…

    Il faut que vous le sachiez : le déséquilibre Nord-Sud en Belgique ne concerne pas que la croissance économique ou les situations budgétaires, il touche aussi au volume d’informations. Alors que le Belge francophone est calé dans son fauteuil après les JT devant une série, un film ou un match de foot, un certain public flamand est, lui, en immersion dans un bain d’interviews longues, d’analyses de haute tenue en lien avec l’actualité du jour. Et pas que flamande : de tout ce qui se passe en Belgique, même francophone et dans le monde.

    De 20 à 21h, chaque jour de la semaine, la Flandre peut se nourrir de Terzake suivi de De Afspraak. Le premier  talk-show est animé par un couple d’intervieweuses redoutées car coriaces et très au fait de leurs dossiers. Annelies Beck et Kathleen Cools sont ainsi autant louées qu’insultées sur les médias sociaux par des obsédés de l’opinion. D’un à trois thèmes...

    Lire la suite