Accueil Économie Emploi

Allocations chômage: «Le gouvernement accélère son offensive destructrice», selon Elio Di Rupo

Le ministre de l’Emploi a demandé une étude sur le coût d’une proposition visant à accroître le montant des allocations de chômage après un licenciement et ensuite accélérer leur dégressivité.

Temps de lecture: 2 min

Le PS a dénoncé mercredi les projets d’une dégressivité accrue des allocations de chômage étudiés pour le moment par le gouvernement fédéral. «  En cette fin de législature, le gouvernement MR-N-VA accélère son offensive destructrice envers notre sécurité sociale et les citoyens les plus vulnérables », s’insurge dans un communiqué le président des socialistes, Elio Di Rupo.

Le ministre de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V), a demandé à l’Office National de l’Emploi (ONEm) d’étudier le coût d’une proposition d’un professeur de l’UGent, Stijn Baert, visant à accroître le montant des allocations de chômage après le licenciement d’un travailleur et ensuite accélérer leur dégressivité, rapportent plusieurs journaux flamands.

La proposition serait une sorte de voie médiane permettant d’éviter la limitation des allocations de chômage dans le temps, voulue par l’Open Vld et la N-VA. En fonction des résultats de l’étude de l’ONEm, le ministre décidera s’il inclut cette réforme dans le « deal pour l’emploi » que prépare le Premier ministre.

« Inacceptable »

« Après le saut d’index, la diminution de l’allocation complémentaire de revenus pour les travailleurs à temps partiel, la diminution des remboursements de certains médicaments, la diminution des allocations de maladie, le durcissement d’octroi des allocations d’invalidité, le gouvernement Michel s’en prend à nouveau aux demandeurs d’emploi en adoptant une mesure qui va – c’est une évidence – accentuer grandement la pauvreté déjà accrue significativement par l’actuel gouvernement fédéral », estime M. Di Rupo.

Pour le PS, c’est « inacceptable », insiste-t-il, en précisant que son parti plaide pour un investissement massif dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi, en particulier en les incitant à s’orienter vers les métiers en pénurie. Les socialistes sont également en faveur d’un relèvement du montant des allocations de sécurité sociale, dont les allocations de chômage, à au moins 110 % du seuil de pauvreté, soit 1.250 euros nets par mois.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

31 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 18 juillet 2018, 20:45

    Il n y a qu en Belgique où on touche des allocations de chômage à vie

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 18 juillet 2018, 17:03

    "En cette fin de législature, le gouvernement MR-N-VA..." Honnêtement, qui ne ricanne pas en entendant cette sempiternelle formule éculée et désobligeante (pour les 2 autres partis du gouvernement: l'Open VLD et CD&V, ce dernier étant du reste le partis du ministre Peeters qui fait la proposition)? Comme d'habitude, du blabla politicien de la part du P.S., vide de sens et qui ne propose rien de concret. C'est pathétique de voir un parti, autrefois porté par un idéal (réellement) progressiste, sombrer dans la guerilla politicienne et rétrograde. Un espace laisser à l'abandon par absence de vision, et que le PTB s'empressera d'occuper. Après tout, c'est peut-être l'idée: laisser le PTB gagner le plus de terrain possible de telle sorte qu'il soit incontournable (en Wallonie, au moins) lors des prochaines élections, ce qui est la seule chance de voir le PS revenir aux affaires.

  • Posté par Thelen Lionel, mercredi 18 juillet 2018, 15:27

    Si déjà tous les Partis se mettaient d'accord pour supprimer l'injustice du statut "cohabitants" en matière de chômage (et d'autres allocations sociales) on rétablirait de la sorte une meilleure qualité de vie pour de nombreux ménages et diminuerait d'autant la tentation de fraude sociale pour cause de manque de rentrées financières... Si deux personnes en couple travaillent et cotisent pour le chômage, elles doivent toucher la même allocation que deux personnes isolées... C'est d'ailleurs le raisonnement suivi par la Suisse, qui ne peut pourtant être taxée de pays gauchiste en matière d'allocations sociales!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Emploi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs