Charles Michel fait appeler l’ambassadrice de France après ses déclarations sur les F-16

Edition numérique des abonnés

L’ambassadrice de France à Bruxelles, madame Claude-France Arnould, a reçu un appel téléphonique du conseiller diplomatique du premier ministre Charles Michel après ses propos tenus jeudi dans le quotidien De Standaard à propos du dossier du remplacement des avions F-16, selon une source qui ajoute que l’Élysée et Matignon « ont pris acte » de cette communication.

L’ambassadrice laissait entendre jeudi dans le Standaard qu’il ne serait plus possible pour la Belgique de participer au projet franco-allemand ’Système de Combat Aérien Futur’ (SCAF), lié à l’offre du Rafale de l’industriel français Dassault, si elle se prononçait en faveur de l’avion américain F-35 pour remplacer sa flotte de F-16.

Cette déclaration n’a pas plus au premier ministre Charles Michel. Son conseiller diplomatique a appelé l’ambassadrice par téléphone jeudi matin. Selon une source, Mme l’ambassadrice « a été, pour ainsi dire, rappelée à l’ordre ». Et le président français Emmanuel Macron ainsi que le premier ministre Edouard Philippe « ont pris acte » de cette communication.

Personne à l’ambassade, à l’Élysée ou à Matignon n’était en mesure de confirmer cette information jeudi midi.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la table des négociations sur les accords de Grenelle le 27 mai 1968, on retrouve notamment le Premier ministre Georges Pompidou (au centre) et, à sa gauche, Jacques Chirac, alors secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi.

    France: quand le pouvoir tente d’acheter la paix sociale

  2. Quelle ambitoin pour l’avenir
? «
40 ans, c’est l’âge du pouvoir, à 60, on reçoit ce qu’on vous réserve.»

    Koen Geens: «Le débat identitaire est vide et instrumentalisé»

  3. Lorenzo Pellizziari, cofondateur de Retviews, avec son équipe, dans leurs bureaux partagés de l’avenue Louise à Bruxelles.

    Retviews: des Bruxellois qui fricotent avec les géants du luxe français